On extended, boundless, vibratory and in-the-now sympathy music

http://jeromejoy.org/


  || NEWS                 || BIO   | SHOWS   | CATALOG                 || PROJE(C)TS   | MP3s   | CDs   | VIDEOS                         || BIBLIO   | STUDIES   | DOCUMENTATION   | PH.D.   | EDU                 | COLLECTIVE JUKEBOX   | NOCINEMA.ORG   | CONCERTS FILMS   || AUDITO   | QWAT?                   || home   | contact  |     |    🔎  |

  Last changed - (French time): 2011/01/26 15:07     > Recent changes

 

../files/articles/nocinema/template/2.jpg../files/articles/nocinema/template/3.jpg../files/articles/nocinema/template/5.jpg../files/articles/nocinema/template/6.jpg../files/articles/nocinema/template/10.jpg../files/articles/nocinema/template/12.jpg../files/articles/nocinema/template/13.jpg../files/articles/nocinema/template/15.jpg../files/articles/nocinema/template/1.jpg
« Tout ce qui bouge sur un écran est du cinéma. » (Jean Renoir)


  Sommaire / Contents 





PLAN FIXE, n. m.





mot-clés : - Chris Marker - Marguerite Duras - Yasujiro Ozu - Kilcrohane - John Ford - Sokurov - Andy Warhol -




Approche(Edit)

Un plan fixe est un plan tourné avec une caméra immobile, posée le plus souvent sur un trépied. Le décor étant fixe, seuls les personnages et les accessoires se déplacent à l’intérieur du cadre, comme dans une fenêtre ou sur une avant-scène de théâtre.

Valeur dramaturgique:

Un plan fixe se compare facilement à un autre plan fixe. Dans ces plans qui marchent par paire, la symétrie du premier nous aide à remarquer les changements qui ont été opérés dans le second : par cette simple mise en parallèle, nous savons que quelque chose de terrible vient de se passer.





Définitions :(Edit)




  • Plan : n.m. Suite continue d'images enregistrées par la caméra au cours d'une même prise.
  • Plan fixe : plan enregistré par une caméra immobile.
  • Plan-séquence : plan, généralement long, obtenu en fixant toute une séquence sans arrêter la caméra.
  • Arrière-plan : plan du fond, dans une perspective, par opposition au premier plan.

Le plan est le morceau de film entre deux raccords.

Le plan est ainsi défini du point de vu du spectateur et non de celui de l'opérateur ou du monteur. Pour l'opérateur, il s'agit du fragment de pellicule impressionné entre le moment où le moteur de la caméra est mis en route et celui où il a stoppé. Mais le plan tourné peut être fractionné au montage, coupé aux ciseaux et la première partie collée avec un autre plan, lui-même collé avec la partie suivante du premier plan tourné.

On pourra aussi dire que le plan est le morceau de pellicule, sélectionné au montage, ayant défilé de façon ininterrompue dans la caméra, entre le déclenchement du moteur et son arrêt.




le plan-séquence

Il désigne un plan suffisamment long pour contenir l'équivalent événementiel d'une suite de plusieurs événements distincts. Le plan peut être fixe avec des variations à l'intérieur du cadre, il peut utiliser la profondeur de champ ou des mouvements d'appareils (travelling, panoramique, pano-travelling).

Empire de Andy Warhol (8 heures, 1964, n&b) ou L'Arche Russe (2003) d'Alexander Sokurov (film comportant un unique plan-séquence de 96 minutes). (Voir aussi Sleep d'Andy Warhol, http://www.cineclubdecaen.com/filmsans/sleep.htm ou cliquez ici : Sleep, 1963 )

référence:
http://www.cineclubdecaen.com/analyse/plan.htm

../files/articles/nocinema/warhol/empire_cinema.jpg

Tout le film consiste en un plan unique sur l'Empire State Building dont on voit la partie supérieure et la flèche. Ce building, symbole du capitalisme victorieux, est détourné de son contexte habituel pour être plongé dans le monde de l'art. S'approprier ce bâtiment, cet objet, c'est répéter le geste pop : élever des objets ordinaires au rang de stars, les proposer au rayon des œuvres d'art. L'objet, l'immeuble Empire, devient une œuvre d'art, au même titre que la boîte de soupe.



../files/articles/nocinema/sokurov/arche02.jpg

L'Arche russe représente d'abord un tour de force technique. Réalisé avec une caméra compacte haute définition, enregistré sur un système de disque dur portable capable de stocker jusqu'à 100 minutes d'images, chose impossible sur le support 35 mm, le film porte l'expérimentation à un niveau inédit. L'Arche russe se compose d'un unique plan-séquence de 96 minutes, le plus long de l'histoire du cinéma, enregistré en numérique, support inaltérable, susceptible de conserver pour l'éternité la totalité d'une mémoire deployée en continu. Les mouvements de caméra et le dynamisme du cadrage compensent l'absence de montage et maintiennent en permanence l'attention du spectateur.

http://www.cineclubdecaen.com/realisat/sokourov/archerusse.htm

sur ce wiki : L'Arche Russe, 2002




le plan général et le plan d'ensemble

  • plan général : décor vu dans sa totalité : un paysage, une ville, une pièce... Il y a presque toujours un plan général par séquence... et un seul. Les autres plans, qui privilégient une partie (un ensemble) du décor où va se concentrer l'action sont des plans d'ensemble que l'on ne peut qualifier de plan général.
  • plan d'ensemble : décor vu de loin, constituant déjà un choix au sein de la totalité du paysage ou de la pièce, par exemple une foule dans la ville, l'arrivée de nouveaux personnages vus de dos... Le plan d'ensemble sert aussi fréquemment à clôturer une séquence en replaçant une dernière fois les personnage dans leur contexte avant de basculer vers un autre lieu.

Dans My Darling Clementine de John Ford, le plan général (3) succède au plan d'ensemble (2), premier plan du film après le générique (1). En effet le plan général a pour but de montrer la totalité du décor, ici Monument Valley pour laquelle Ford a une passion particulière. (...) Ce n'est qu'en voyant le plan (3) que l'on peut dire que les plans (2) et (4), qui ne montrent qu'une partie du décor, sont des plans d'ensemble et non des plans généraux.

../files/articles/nocinema/ford/my002.jpg ../files/articles/nocinema/ford/my004.jpg ../files/articles/nocinema/ford/my005.jpg ../files/articles/nocinema/ford/my006.jpg

Lire la vidéo : My Darling Clementine, 1946






  Sommaire / Contents 










   
   
   
    [Edit] [Hist] [UP] [List] [New]   [Log out]


1995/2020 — Powered by LionWiki 3.1.1 — Thanks to Adam Zivner — webmaster & webdesign : Jérôme Joy — Author : Jérôme Joy — Any material is under copyleft © with in-line & in-text attributions —
http://jeromejoy.org/ — Hosted by nujus.net NYC since 2007, and by The Thing NYC (between 1995-2007 — Thanks to Wolfgang Staehle and the Thing team).