On extended, boundless, vibratory and in-the-now sympathy music

http://jeromejoy.org/


  || NEWS                 || BIO   | SHOWS   | CATALOG                 || PROJE(C)TS   | MP3s   | CDs   | VIDEOS                         || BIBLIO   | STUDIES   | DOCUMENTATION   | PH.D.   | EDU                 | COLLECTIVE JUKEBOX   | NOCINEMA.ORG   | CONCERTS FILMS   || AUDITO   | QWAT?                   || home   | contact  |     |    🔎  |

  Last changed - (French time): 2011/04/25 10:39     > Recent changes

 




1.5. Musique en ligne Sommaire Télémusique — — Sommaire Auditoriums Internet1.7. Le dispositif du concert





1.6. Description d’un concert de télémusique(Edit)

Un concert de musique en réseau ou de télémusique (« Networked music performance » ou NMP) consiste en une ou des interactions en temps réel, en direct et à distance, assurées par un réseau informatique (et télématique) qui permet aux musiciens répartis dans différents lieux distants de jouer ensemble de la même manière que s'ils étaient dans le même espace et dans la même salle de concert (Lazzaro & Wawrzynek, 2001)[1]. Les applications actuelles comprennent des performances ou concerts public[2], des répétitions d'ensembles instrumentaux et d'orchestres[3], des sessions de musique improvisée et des sessions pédagogiques tels que des master-classes[4]. Ce nouveau type de "scène" (« stage ») se développe donc autant dans la musique la plus actuelle (contemporaine, improvisée, électronique[5]) et dans la musique classique (concerts, répétitions, concours internationaux[6], master-classes).

Les musiciens utilisent des connexions soient standards (Internet, ADSL), soient issues de l'informatique musicale (en combinant le langage MIDI, l'Ethernet et l'Internet), soient encore de très haut débit (ISDN et Internet2), ces dernières étant des connexions multiplex audio et video de haute fidélité[7]. Le développement informatique de la musique en réseau a permis d'élaborer des outils logiciels de collaboration à distance et des logiciels spécifiques (tels que « Quintet.net » de Georg Hadju, et, au milieu des années 90, « ResRocket ») ou des ajoûts de fonctions à des logiciels existants la plupart modulaires (tels que Max/MSP et PureData). (Tout en ne prétendant pas se substituer) Lorsqu'elle ne se substitue pas au concert traditionnel (les musiciens et les auditeurs dans la même salle de concert), la musique en réseau correspond à un dispositif utilisé lorsque la co-présence des musiciens (et des auditeurs) est impossible. Dans ses aspects les plus avancés, la musique en réseau permet l'approche de nouvelles formes d'expression musicale. Le dispositif en réseau peut aussi intégrer des audiences à distance (public réparti) ou permettre des configurations dans lesquelles par exemple la direction d'orchestre est exécutée à distance[8].

(à développer → Pedro Rebelo : typologies de dramaturgies)






1.5. Musique en ligne Sommaire1.7. Le dispositif du concert






  1. Lazzaro J. & Wawrzynek J. (2001). A case for network musical performance. In NOSSDAV '01: Proceedings of the 11th international workshop on Network and operating systems support for digital audio and video, (pp. 157-166). ACM Press New York, NY, USA. http://doi.acm.org/10.1145/378344.378367
  2. Renaud A., Carôt A. & Rebelo P. (2007). Networked Music Performance: State of the Art. Paper, AES 30th International Conference, Saariselkä, Finland, 2007 March 15-17; Schroeder F., Renaud A., Rebelo P. & Gualda F. (2007). Adressing the Network: Performative Strategies for Playing Apart. In Proceedings of the International Computer Music Conference 2007, Copenhagen, Denmark, August 2007, (pp.133-140); Renaud A. & Rebelo P. (2006). Network Performance: Strategies and Applications. Paper NIME 2006; Barbosa À. (2003). Displaced SoundScapes: A Survey of Network Systems for Music and Sonic Art Creation. In Leonardo Music Journal, Vol. 13, No. 1, (pp. 53-59).
  3. Le GRAME-EOC music ensemble a effectué des répétitions réparties entre l'Université de Genève et le Research Center for Information Technology à Bonn, le 15 novembre 1996. L'œuvre en répétition était « Dérive » (1984) de Pierre Boulez. Les 6 musiciens étaient à Genève et le chef d'orchestre à Bonn (http://asg.unige.ch/projects/dvp/wp434/wp43c.html ). Cette expérience avait précédé d’une autre concernant la répétition en ligne de deux œuvres pour deux chanteurs et piano : Haendel's « Israel in Egypt » and Britten's » Abraham and Isaac ». En 1998, pour la cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Nagano, Seiji Osawa a dirigé un ensemble de chœurs répartis sur les 5 continents pour jouer l'« Ode à la Joie » de Ludwig Van Beethoven. Il y avait 200 chanteurs dans chaque ville (Sydney, New York, Beijing, Berlin, False Bay), ainsi que 2000 chanteurs, le chef d'orchestre, huit solistes et l'orchestre sur place à Nagano. (http://www.shinmai.co.jp/oly-eng/alacarte/kaikai.htm , http://www.nytimes.com/1998/02/07/sports/xviii-winter-games-latest-sport-after-worldwide-effort-synchronized-singing-gets.html )
  4. Alexandraki, C., Koutlemanis, P., Gasteratos, P., Valsamakis, N., Akoumianakis, D., Milolidakis, G., Vellis, G. & Kotsalis, D. (2008). Towards the implementation of a generic platform for networked music performance: The DIAMOUSES approach. In EProceedings of the ICMC 2008 International Computer Music Conference (ICMC 2008), (pp. 251-258).
  5. Le groupe Future Sound of London (FSOL) a réalisé la tournée et le cd « ISDN » en 1994 en restant « à la maison ». Ils jouaient à partir de chez eux avec une connexion ISDN. http://www.secondthought.co.uk/fsol/
  6. http://www.piano-e-competition.com/ (concours international sur Disklavier, et à l’aide d’auditions virtuelles et à distance, organisées, pour l’édition 2011, dans huit villes dans le monde entier : Tokyo, en Chine, Paris, Moscou, Toronto et Vancouver, Los Angeles et New York; chaque performance est enregistrée sur le piano Disklavier et en vidéo ; il n’est pas précisé si le jury est également en réseau)
  7. Sawchuk, A., Chew, E., Zimmermann, R., Papadopoulos,C. & Kyriakakis,C. (2003). From remote media immersion to Distributed Immersive Performance. In ETP '03: Proceedings of the 2003 ACM SIGMM workshop on Experiential telepresence, (pp. 110-120). ACM Press New York, NY, USA. http://doi.acm.org/10.1145/982484.982506
  8. Supra 3.





   
   
   
    [Edit] [Hist] [UP] [List] [New]   [Log out]


1995/2019 — Powered by LionWiki 3.1.1 — Thanks to Adam Zivner — webmaster & webdesign : Jérôme Joy — Author : Jérôme Joy — Any material is under copyleft © with in-line & in-text attributions —
http://jeromejoy.org/ — Hosted by nujus.net NYC since 2007, and by The Thing NYC (between 1995-2007 — Thanks to Wolfgang Staehle and the Thing team).