On extended, boundless, vibratory and in-the-now music

Experimental music & audio art research and studies, noise electronic & instrumental music and space-based & network music composition & improvisation.






[Edit] [Hist] [UP] [List] [New]   [Log out]
Jérôme Joy
http://jeromejoy.org/








  || NEWS        || BIO   | SHOWS   | CATALOG        || PROJE(C)TS   | MP3s   | CDs   | VIDEOS          || BIBLIO   | STUDIES   | DOCUMENTATION   | PH.D. RESEARCH   | EDU   | LOCUS SONUS        || home   | contact  |

> Recent changes
  Last changed - (French time): 2016/06/13 11:32

 

News(Edit)







2016-06-22 / 09-11(Edit)

../files/img/201606_NaA_780light.jpgDAVID RYAN & JÉRÔME JOY

Nothing at All - Modes Idiorythmiques de la Coexistence
Nothing at All - Idiorhythmic Ways of Coexistence

Exposition / Exhibition Palais de Tokyo, Paris

Saison Happy Sapiens par Jean de Loisy
avec / with Michel Houellebecq, Mika Rottenberg, Marguerite Humeau, David Ryan & Jérôme Joy, Dineo Seshee Bopape.

23/06/2016 - 11/09/2016
vernissage le 22 juin à 18h / opening June the 22nd, 6pm
http://www.palaisdetokyo.com/

../files/img/201606_NaA_pdt.jpg


Exposition faisant suite au projet de recherche ayant bénéficié du soutien accordé par le Centre national des arts plastiques (Cnap) - Soutien pour une recherche/production (2015).
Cette exposition bénéficie également du soutien du Musée des Beaux-Arts de Brest Métropole, et du soutien de Barré Lambot architectes.

[more info (Palais de Tokyo)]
[more info (David Ryan)]




2016-11-10(Edit)

../files/img/201606_NaA_ECCO_780light.jpgDAVID RYAN & JÉRÔME JOY

Nothing at All - Modes Idiorythmiques de la Coexistence

Christophe Havard - Jérôme Joy - Keith Rowe - Anthony Taillard

Nothing at All - Ecco Ecco Ecco Ecco
performance musicale / music performance

Event Palais de Tokyo, Paris

10/09/2016 - de 15h30 à 21h30 - 3.30pm to 9.30pm
http://www.palaisdetokyo.com/

../files/img/201606_NaA_pdt.jpg

Les quatre musiciens Christophe Havard-Jérôme Joy-Keith Rowe-Anthony Taillard jouent la performance, Ecco Ecco Ecco Ecco, pour la fin de l’exposition Nothing at All.

Ecco Ecco Ecco Ecco, qui donne l’occasion d’un haiku étiré (ici, là, voici, voilà, en italien), est une performance de six heures jouée par les quatre improvisateurs. Elle prolonge Nothing at All en annonçant une ouverture plutôt qu’une clôture. Réalisée dans l’espace de l’exposition, en journée jusqu’en soirée, elle ouvre un dialogue animé par les improvisations des musiciens en présence d’auditeurs, et fraye ainsi un présent vivant, humain, fragile et tenace. Une musique ordinaire et vivante.



The four musicians Christophe Havard-Jérôme Joy-Keith Rowe-Anthony Taillard will play the Ecco Ecco Ecco Ecco performance at the end of the Nothing at All exhibition.
Ecco Ecco Ecco Ecco such as an extended haiku (here, there, here is, there is, in Italian language) is a 6-hour improvised performance. It follows the Nothing at All exhibition as an overture for next variations of the project. Performed in the exhibition space, along the day to the evening, the performance opens dialogs between the improvisers and the audience and wants to explore a living, human, fragile and tenacious present & now. An ordinary and living music.

[more info (Palais de Tokyo)]
[more info (David Ryan)]




DAVID RYAN & JÉRÔME JOY

NOTHING AT ALL - Modes Idiorythmiques de la Coexistence



Avec Nothing at All, Modes Idiorythmiques de la Coexistence, les artistes Jérôme Joy et David Ryan interrogent nos rapports biographiques au monde et à sa réalité avec l’engagement qui caractérise leur démarche depuis leur première collaboration, à l’orée des années 1980.

Leur exposition commune est un récit réel, à la fois poétique et politique. Il y est question de lisières et d’abris, de mondes renversés et de ré-enchantement. À travers le dessin, la vidéo, le texte, les installations et la création sonore et musicale, ils explorent ensemble les interstices entre les normes et les marges, « les espaces ouverts où chacun emploie sa singularité ».

Ainsi, David Ryan et Jérôme Joy, en mêlant éléments autobiographiques et fictions, questionnent la coexistence : comment vivre en inter-indépendance ? Ils reprennent au sémiologue français Roland Barthes (1915-1980) le fantasme d’idiorythmie, inspiré par l’étude des rapports de rythmes singuliers et collectifs qui n’empiètent pas sur l’invention individuelle : des manières de se mouvoir, d’être disponible et de vivre librement et sensiblement, sans exclusion, sans contrainte et sans imposition et injonction, de façon médiane, alternative et à différentes vitesses, dans ce qui est fluctuant et inscrit dans la société et dans la vie quotidienne.

Il y a sept ans, David Ryan commence sa nouvelle vie et décide alors d’incarner le chasseur de trèfles, inventant un mode d’existence lié à la cueillette et aux rencontres. Ceux qui acceptent de l’accueillir dans leur réalité accompagnent sa présence et ses projets, chemin faisant. Jérôme Joy le rejoint, il y a quatre ans, en continuant d’interroger par la musique et les sons, et, à l’occasion, par le texte (Le Récit de Michael), les multiples formes et actions de l’improvisation dans la vie et dans un présent libre et indéterminé.

Ainsi, le chasseur de trèfles n’est pas un simple personnage imaginaire, il navigue entre fiction et réalité. Parfois, ses rêves entrent en dialogue et en interaction avec des personnes rencontrées, laissant émerger des formes fragiles, témoignages des échanges, rapports et relations qui peuvent exister autant dans le visible que dans l’invisible.
De même, le personnage construit de Michael (un « éclairant », avec lampe de poche ou lampe-torche) dans le récit imaginé par les artistes au fil du projet Nothing at All fait dialoguer leurs biographies et possiblement celles des lecteurs dans l’invention et la description d’hypothèses, de marges et de rapports d’intensités au réel et au présent vivant.
Aussi ils s’efforcent d’en explorer les dimensions - à la fois, réconfortantes et accueillantes, instables et fragmentaires -, avec un engagement et un tempérament marqués.

Nothing at All se déploie alors sans hiérarchie dans plusieurs zones et intervalles. À la fois, dans l’espace d’exposition du Palais de Tokyo et dans différents lieux de vie ou de passage, chers aux deux artistes, en Bretagne et en Irlande, aux rythmes fortuits et aléatoires de rencontres, de projets et d’actions, et au fil des situations concrètes que renouent ou amorcent leurs propositions : de l’exposition aux actions et projets immergés dans le quotidien et le prosaïque, aux échanges, prolongements et dialogues avec d’autres, jusqu’à la grande liberté et souplesse des formes et formats que veulent prendre leurs réalisations.

Le projet artistique développé par Jérôme Joy et David Ryan prend ses sources dans leur histoire personnelle respective et dans leurs parcours respectifs.
Marqués par la réalité sociale des années 1980 liée aux montées effrénées du consumérisme et de l’ultra-libéralisme, par le mouvement post-punk et par les troubles politiques en Irlande, Jérôme Joy (né en 1961) et David Ryan (né en 1960) questionnent les formes de résistance et d’émancipation depuis leurs premières collaborations entre 1982 et 1985, tout en se positionnant de manière critique vis à vis des institutions et du monde de l’art.
Au cours de ces dernières années, ils ont développé un travail artistique poétique, autant engagé, radical que discret et fragile, en prise avec le réel et avec ses passages, un travail qui n’a cessé de questionner les formes de liberté et d’initiative, interstitielles et silencieuses, les intensités de présences et d’actions individuelles et commensales, et la quête de bonheurs et des réalisations personnelles, à la fois, avec délicatesse, tendresse et douceur, et avec énergie, invention et spontanéité.

Aujourd’hui, renouant avec un travail en commun après trente années, ils s’interrogent dans ce qu’ils considèrent comme une seconde étape de ce dialogue, au travers de cette exposition - après celles de Rien n’est Jamais tout à fait Achevé et l’Ultime, actes fondateurs, en 1983 et 1984 au Capc à Bordeaux -, sur ce qui est entendu par réel, présent et bonheur et sur la possibilité de reconstruire un monde désencombré et disponible, sans rien imposer. Rien du tout. Nothing at all.





With Nothing at All, Idiorythmic Modes of Coexistence, the artists Jérôme Joy and David Ryan question the reality of the world with the poetic licence that has characterised their approach since their first collaboration, back in the early 1980s. Using actual events as the basis of their work, the project is deployed both within the Palais de Tokyo itself as well as at the heart of a specific geographic area, situated in Brittany, yet whose precise location the artists wish to keep under wraps. The narrative they develop recounts the birth of the clover hunter, a character personified by David Ryan, as well as the course of events related to his existence, and its uncertainties.

Through drawing, video or sound and musical creation, the artists combine autobiographical and fictional elements to explore the notion of coexistence. Their work deals with limitations and thresholds, upside down worlds and re-enchantment. Therefore, the clover hunter is not merely an imaginary character, but navigates between fiction and reality. Sometimes his dreams communicate and interact with the people willing to welcome them into their reality, leaving fragile forms emerge; evidence of exchanges, relations and relationships that can exist in both the visible and in the invisible.

The art project developed by Jérôme Joy and David Ryan gleans inspiration from their respective personal histories and the social and political reality of the 1980s. Particularly influenced by the Troubles in Ireland and the political and economic context of the time, while also involved in the post-punk protest movement, their mutual scepticism towards institutions and the world of art led to the start of their collaboration. In recent years, they have developed artistically poetic work, which is both committed and discreet, and continues to question forms of liberty and the pursuit of happiness with delicacy, tenderness and kindness.





Commissaire / Curator : Katell Jaffrès

Chargée de production et régisseurs / Tech team : Raphaële Mas, Carla Casal, Matthieu Rossye, Camille Cios.

Les artistes souhaitent remercier particulièrement leur équipe / The artists are grateful to their team : Alexis Champion (opérateur / operator), Clémence Cortella (voix / voice), Baptiste Fertillet (chef opérateur / DoP), Charlotte Heilmann (comédienne / actress), Vincent Ladonne (opérateur / operator), Emilie Le Cam (opératrice / operator), Pierre Lemeut (chef opérateur / DoP), Antonin Faurel (graphisme / graphic design), Benjamin Fraboulet (opérateur / operator), Marine Summerville (sérigraphies / silk-screen print).

Avec les contributions de / With contributions by : ..., Carla et Francesco, André Corre, Hugues Le Guen, Guy Segalen, Elodie Deschamps, Jean Yves Le Gall, Suzanne Le Gall, Gilles Caraës, Muriel Copy, Elise et / and Breandan O’Geallabhain, André Le Gac, Michel et / and Christine Le Bot, Daniele Séac'h, Sheila Rohan, Joan Herbst, Derrick Kean, Colleen Bowler, Garry Marcham, Syra Larkin, Chris Larkin, Cahal Mac Laughlin, Isobel Boltt, Laure-Anne Superchi, Bernard Poupart, Bernez Quillien et tous les anonymes de la presqu'île en Bretagne / and all anonymous people living in the peninsula in Brittany, de / and in Tralee Bay (Comté de Kerry, Irlande / Kerry County, Ireland) et d'ailleurs / and from elsewhere.

Exposition faisant suite au projet de recherche ayant bénéficié du soutien accordé par le Centre national des arts plastiques (Cnap) - Soutien pour une recherche/production (2015).
Cette exposition bénéficie également du soutien du Musée des Beaux-Arts de Brest Métropole, et du soutien de Barré Lambot architectes.

[more info (Palais de Tokyo)]
[more info (David Ryan)]







2015-08(Edit)

http://ecx.images-amazon.com/images/I/51uRduXopIL._SX350_BO1,204,203,200_.jpgLOCUS SONUS - 10 ans d'expérimentations en art sonore - Jérôme Joy - Peter Sinclair

Éditions Le Mot et le Reste, Collection Carte Blanche, 256 pages, ISBN 978-2-36054-178-2

Locus Sonus est un laboratoire de recherche en art audio. Composé d’artistes chercheurs internationaux, il est nomade et mutualisé à Aix-en-Provence, Bourges et l’Internet. Il observe l’évolution des espaces sonores à l’ère numérique, leurs usages et présences dans notre quotidien et développe des formes et des concepts inédits d’art sonore qui les explorent. Ses thèmes de recherche privilégiés sont le son à distance, l’audio nomade, les nouveaux auditoriums. L’expérimentation artistique est confrontée à des publics (grand public, universités, communautés internet…) et amène un regard analytique provenant des sciences humaines (esthétique, philosophie et sociologie). Depuis sa création, il a rassemblé près de cent cinquante chercheurs et artistes internationaux dans ses symposiums annuels, accueilli au sein de son laboratoire une vingtaine de jeunes artistes chercheurs, développé des outils logiciels libres d’audio en réseau et présenté des oeuvres et des dispositifs dans de nombreuses manifestations internationales. Locus Sonus produit et publie des recherches théoriques, techniques et artistiques et les met à la disposition de la communauté internationale de l’enseignement supérieur artistique.

[more info (éditions le Mot et le Reste]
[more info (Amazon)]
[more info (Metamkine)]

[le site locus sonus]




2015-04(Edit)

../files/img/201504_floodtide1.jpg
../files/img/201504_floodtide3.jpg
FLOOD TIDE (John Eacott and al.) in Saint-Nazaire (F)

performance

— Floodtide by John Eacott makes music from the movement of tidal water. A submerged sensor gathers information from the tidal flow that is converted into musical notation read from screens or mobile phones by musicians.
From March to August 2015 a new phase of the project, Floodtide Navigate, takes place. Aboard sailing vessel Jacomina, the project will sail around Northern Europe making performances and taking on resident collaborators as we go. — (John Eacott, Natasha Bird)

Flood Tide est une performance musicale dont le principe est généré et piloté par les variations de flux de la marée. À l'aide de l'utilisation d'un capteur immergé et d'un logiciel spécifique qui convertit les variations des données captées en partition jouée par des musiciens, cette performance correspond à une sonification musicale des flux et reflux de marée. Il s'agit d'un travail qui se situe à la croisée de la musique, de l'informatique et de la vie maritime.
Floodtide Navigate est une nouvelle étape du projet qui se déroule du mois de mars au mois d'août 2015. Le projet voyage de port en port à bord du bateau Jocamina; chaque étape donne lieu à une performance avec les musiciens locaux.


Join FloodTide at Saint-Nazaire / Venez performer FloodTide à Saint-Nazaire

18 Apr 2015 — 2pm / 14h — Port de Saint-Nazaire (F)
http://floodtide.eu/
[navigation map]
[more info (in English & en français)]

[about John Eacott)]

Floodtide St Nazaire from Floodtide on Vimeo.
Excerpt from performance 18 april 2015 Many thanks to the performers: Anaïs Marchand, Antoine Bèguère, Arnoud Marchand, Benjamin Vincelot, Christopher Havard, Clara Bodet, Claude Bulourde, Corentin Marchand, Meas Yunsan and Yann Bouvais
And a very special thank you to Jérôme Joy and Régine Fertillet for their invaluable help, support and enthusiasm.
Realisation : Lena Augustinson, Flood Tide.



FloodTide session in Saint Nazaire from Imediagin Doc-Lab on Vimeo.
Flood Tide session on the harbor of Saint-Nazaire, April 18th, 2015.
Realisation : Luc Babin, Imediagin Doc-Lab.




2015-04(Edit)

../files/img/201504_eloy.jpgDOCUMENTATION JEAN-CLAUDE ELOY

étude documentaire / study

Commencée il y a trois/quatre ans, et aujourd'hui plus stable et complète, cette étude documente le parcours et les œuvres du compositeur Jean-Claude Eloy à partir d'un collectage d'articles de presse autour de la création de ses œuvres et autour d'une réflexion singulière sur les espaces et les champs de la musique contemporaine sur les cinq dernières décennies. La particularité du parcours encore très actif de Jean-Claude Eloy, hors classification, s'appuie sur une ouverture essentielle de la musique à "ses" cultures (historiques, acoustiques, etc.) et aux autres cultures. Ceci permet de discuter aujourd'hui de l'envergure exploratoire nécessaire, voire illimitée, de la musique et de la composition de la musique (et évidemment, de l'improvisation, de l'instrumentarium, de l'espace d'écoute, etc.). Et ceci engage les dimensions politiques et d'expériences de la musique.
—— This study explores the career and the works of the composer Jean-Claude Eloy. It consists of press reviews and articles, about the series of works premieres and about the evolving context of contemporary music, mainly during the period 1960-1990 in France. Jean-Claude Eloy is still and actively composing new works, out of the mainstream of the music industry and of straight orthodoxies in music, and pushes us to deeply think about the necessary and unlimited openness of music and music composition, (and improvisation, instrumentaria, listening room, etc.) to its own history and at the same time to other cultures. Music must be exploratory and certainly implies political and experiental dimensions.
[accédez à l'étude / read the study]
[autres études / other studies]




2015-03(Edit)

http://wi.mobilities.ca/

../files/imgbooks/2015_mobility.jpgVISITING, WEAVING, AND MODULATING SONIC EXPANSES AND RHYTHMS — TUNING, IMPROVISATION, AND ENVIRONMENTAL AESTHETICS
(VISITER, TRAMER ET MODULER DES ÉTENDUES ET RYTHMES DANS L’ENVIRONNEMENT SONORE — SYNTONISATION, IMPROVISATION ET ESTHÉTIQUE ENVIRONNEMENTALE)

publication / publishing

— We shape the environment that shapes us. What we discern as an auditorium and a listening space is now overflowing the specific physical structures and architecture (concert halls, venues, etc.) towards enlarged sensory enveloping forms. It appears as a hybridisation of actions and spaces where tactics such as collective-driven, individual weavings, embedding mobility and spaces/places visits, all contribute to the everyday experience. When we collaborate and oscillate with the environment, within mobility, by modulating and interacting with sonic expanses and continuities of the properties of the places, we listen to more than what we hear. It is not merely a question of positions and of trajectories of presences and bodies in an environment (visual, sonic, animated, landscape, ambiance, venue, concert hall, at home, with earphones, etc.). It is continuous and immediate actions of attention through mobility or of mobilised attention (to act in the now, to be aware of the now), of lithe, flexible, and absentminded exchanges and weavings with the fields of the sensible; of mobile versus immobile reality; of oscillations between the “possible” and the “real”. This generates aesthetics of experiential situations and creative, participative spatialisation experiences in our sonic environment. Thus, we need to explore and to consider a larger notion of auditorium that we are modulating and playing. — (Jérôme Joy)

In Locus Sonus, proceedings of the 8th Symposium, "Audio Mobility", published by In Wi: Journal of Mobile media, special issue, Vol. 9 no2, April 2015 — http://wi.mobilities.ca/ , open-access peer-reviewed experimental journal by the Mobile Digital Commons Network (MDCN), lead by the Mobile Media Lab in Montreal, http://www.mobilities.ca/ , and in Toronto, http://www.mobilemedialab.ca/ .

[download paper (proof)]
[more info (revue)]
[more info (lire le texte) (continue reading)]
[more info (lire le texte) (continue reading) (pdf)]




2015-03(Edit)

../files/imgbooks/2015_alotof.jpg<open field> <open air> <plein air>

publication / publishing

— Les questions abordées ici par les notions de champ ouvert et de plein air croisent d'emblée celles, artistiques, de champ expérimental et d'espaces d'activités et de travail. Celles-ci sont encore à explorer et à interroger malgré tout. Si l'art est un « travail » continu et désintéressé (c'est-à-dire non utilitaire), et qui s'oublie comme travail et labeur, il est aussi très résistant à ses confinations : il couvre et se fonde sur des manières d'occuper le temps et l'espace, « hors-limites »
Aller dans le plein air, en art, est d'une certaine manière, « passer dans le décor » ou « s'envoyer, aller, partir ou rentrer dans le décor », comme « entrer dans le vif ». Cela a sans doute toujours été le cas, et sans doute que par là, c'est le sens de l'atelier (comme champ ouvert, processuel, justement « en plein air »), « l'atelier d'artiste », qui devient central et séminal, sans qu'il « se gazéifie », s'indifférencie, se neutralise ou s'évapore dans l'extérieur indéterminé, ou encore sans qu'il soit nécessaire de définir, pour la circonstance, un « art du dehors » ou un « art social » (auxquels je ne crois pas), ou d'évoquer une (nouvelle) rupture ou une disparition (de l'art). — (Jérôme Joy)

In ALOTOF A Laboratory On The Open Fields, programme européen, pour la prochaine publication "Ignorance"
[more info (revue)]
[more info (lire le texte/pdf)]
[more info (lire le texte) (soon)]




2015-02-02 / 03-01(Edit)

../files/img/201312_ecoute3b.jpg../files/img/201502_cjdigneb2.jpgCOLLECTIVE JUKEBOX 4.04 - archive

Collective exhibition "Environnements Sonores" /
Exposition collective "Environnements Sonores"

w/ Vincent Betbeze, Céleste Boursier-Mougenot, Pascal Broccolichi, Emma Dusong, Jérôme Joy, Ramuntcho Matta.

L' exposition « Environnements sonores » au musée Gassendi présente six œuvres sonores, une chambre d’écoute et un documentaire, autant d’approches artistiques qui donneront un aperçu de la création sonore actuelle, dont le Collective JukeBox (1996-2004), un projet initié par Jérôme Joy.

2 Feb - 1 Mar 2015 — 12ème Semaine du Son - Musée Gassendi — Digne-Les-Bains (F)
http://collectivejukebox.org/
[more info (musée gassendi)][more info (collective jukebox)]




2015-02(Edit)

../files/imgbooks/2015_prospective.jpgAuditoriums Étendus et Espaces Raccordés
(Expanding Auditoriums and Connected Spaces)

publication / publishing

— La succession des évolutions technologiques ces dernières décennies et des modifications qu'elles induisent et génèrent dans nos pratiques, nos usages et nos perceptions ne peuvent laisser indemne la notion d'auditorium. Le contexte actuel électronique et télématique pose, entre autres, la question de la transformation des lieux, des espaces, des environnements et des dispositifs qui sont soit conçus, soit modifiés, soit appareillés pour l'écoute et pour des auditeurs. — (Jérôme Joy)

In Actes du colloque « Nouveaux Territoires », INSA Institut National des Sciences Appliquées Centre Val de Loire, Bourges, 9 & 10 avril 2014, sous la coordination de Francis Roubelat, Revue Prospective et Stratégie, n° 4-5, (pp. 29-54), (revue en ligne), ISC Institut de Stratégie Comparative, Apors Éditions, février 2015
[more info (revue)]
[more info (lire le texte)]




2015-01(Edit)

../files/imgbooks/2015_soundspaces.jpgLes Étendues Sonores — Auditorium Terre-Mars
(Sonic Expanses — Earth-Mars Auditorium)

publication / publishing

Notre proposition consiste à problématiser la notion d'« auditorium » à l'aune de celle d'« espace sonore », dans le sens où ce dernier est à la fois construit, régi, ordonné et régulé, et fortuit, passager, indéterminé et inattendu. — (Jérôme Joy)
—— Our intention aims to problematize the concept of "auditorium" in front of the notion of "soundspace" (and soundscape). Commonly the soundspace is both ruled, organized, fortuitous, temporary, indetermined and unexpected.
In Actes de l'école thématique CNRS « Soundspace — Espaces, Expériences et Politiques », laboratoires ESO Espaces et Sociétés Université de Nantes et Université de Rennes, AAU Ambiances Architecturales et Urbaines (CRESSON et CERMA) Écoles Nationales Supérieures d'Architecture de Grenoble et de Nantes, ARIAS Atelier de Recherche sur l'Intermédialité et les Arts du Spectacle Université de Paris 3 Sorbonne Nouvelle; édités par Claire Guiu et Marie-Madeleine Mervant-Roux, et publiés aux Presses Universitaires de Rennes, 2015. - ISBN-13: 978-2753534605
[more info (Texts)][more info (Amazon)]
[more info (lire le texte)]




2014-11-19/24(Edit)

../files/img/201411_fanfare1.jpgFANFARE - PARADE

for several marching bands with wind instruments
déambulation pour plusieurs orchestres en plein air
composition, Jérôme Joy

Un son massif continu traverse la ville, qu'elle que soit la météo. Joué par de multiples instrumentistes en acoustique et en plein air tout en marchant le long d'un parcours dans la ville.

—— A continuous and massive sound crosses the city, whatever the weather. Played by multiple instrumentalists acoustically in the open field while walking through the city.

23 Nov 2014 — FESTIVAL INSTANTS FERTILES - 19-24 Nov 2014 - Athenor & Conservatoire de Saint-Nazaire
[more info (bientôt/soon)]




2014-11-19/24(Edit)

../files/img/201411_percussion.jpgNOISENSE (intensités)

series of 10 works for multiple percussions and electronic sounds, performed by percussion quartet and ensemble, teachers and students of the Conservatoire of Saint-Nazaire

série de 10 œuvres pour percussions multiples jouées par l'ensemble de percussions enseignants et élèves du Conservatoire de Saint-Nazaire, et le quatuor de percussions Bruno Lemaître, Jean-Christophe Feldhandler, Jérôme Joy, Matéo Guyon.
composition, Jérôme Joy

21 Nov 2014 — FESTIVAL INSTANTS FERTILES - 19-24 Nov 2014 - Athenor & Conservatoire de Saint-Nazaire
[more info]




2014-11-18/19(Edit)

../files/img/201411_wolff2.jpg

../files/img/201411_wolff3.jpg
ONSEMBLE w/ JOHN TILBURY, KEITH ROWE, CHRISTIAN WOLFF
PLAYS WORKS BY CHRISTIAN WOLFF

Amazing event in Nantes and Saint-Nazaire : the ONsemble, electronic and experimental music ensemble based in Nantes, plays works by Christian Wolff, accompanied by Wolff, John Tilbury and Keith Rowe.

Événement exceptionnel à Nantes et à Saint-Nazaire, le mythique compositeur Christian Wolff sera à Nantes pour proposer un ensemble de pièces pour piano et orchestre qui sera joué et accompagné par John Tilbury, Keith Rowe et le ONsemble.

ONsemble : Ensemble de musiques électroniques et contemporaines évoluant entre Nantes et St-Nazaire rassemblant des musiciens de tous bords, instrumentistes, improvisateurs/trices, compositeurs/trices, dont un des objectifs est de jouer, de créer et d’interpréter des œuvres de ces quarante dernières années.
— Julien Ottavi (Percussions), Julien Héraud (Saxophone), Fabrice Arnaud-Crémon (Clarinet), Clara Bodet (Clarinets), Carine Léquyer (Harp), Jordi Prieto (Bass Trombone), Benjamin Jarry (Cello), Sarah Clénet (Double bass), Jenny Pickett (Electric guitar), Romain Papion (Electric Bass), Jérôme Joy (Electric Bass)
Programmes :
- for 1, 2 or 3 People, version pour harpe, guitare électrique et clarinette basse
- Isn’t this a time, versions pour clarinette solo et duo de clarinettes
- Edges, pour ensemble
- Looking North, version pour instruments à tessiture grave
- Sticks, pour un ensemble de performeurs
- Improvisations par Christian Wolff, John Tilbury, Keith Rowe
18 Nov 2014 — Conservatoire de Nantes
19 Nov 2014 — FESTIVAL INSTANTS FERTILES - 19-24 Nov 2014 - Athenor & Conservatoire de Saint-Nazaire
[more info (bientôt/soon)]









Poursuivre la lecture des archives / Continue reading the archives :

past events/archives : — 2014201320122011201020092008200720..












1995/2015 — Powered by LionWiki 3.1.1 — Thanks to Adam Zivner — webmaster & webdesign : Jérôme Joy — Author : Jérôme Joy — Any material is under copyleft © with in-line & in-text attributions —
http://jeromejoy.org/ — Hosted by nujus.net NYC since 2007, and by The Thing NYC (between 1995-2007 — Thanks to Wolfgang Staehle and the Thing team).