On extended, boundless, vibratory and in-the-now sympathy music

http://jeromejoy.org/


  || NEWS                 || BIO   | SHOWS   | CATALOG                 || PROJE(C)TS   | MP3s   | CDs   | VIDEOS                         || BIBLIO   | STUDIES   | DOCUMENTATION   | PH.D.   | EDU                 | COLLECTIVE JUKEBOX   | NOCINEMA.ORG   | CONCERTS FILMS   || AUDITO   | QWAT?                   || home   | contact  |     |    🔎  |

  Last changed - (French time): 2015/04/03 09:14     > Recent changes

 

> Studies > FAC-SIMILES


JEAN-ÉTIENNE MARIE




Articles connexes / Other Articles:







biography(Edit)

French composer and conductor (1917-1989) who was an important figure in the history and exploration of microtonal music and electroacoustics.
Marie was a student of Messiaen (and Darius Milhaud) and was influenced by Messiaen’s polytonal and polymodal approach to composition. Marie is also an exponent of French color, carrying on the lineage from Debussy. Marie thought that the most exciting music contained microintervals and the confrontation of different temperaments. He felt that the world of polytonality had “opened up” the world to polymicrotonality.
"Calling polymicrotonality "polytemperé", Jean Etienne Marie (1917-1989) would become Charles Ives’s true successor in polymicrotonality, following the lead made by Ives’s "Universe Symphony". Marie wrote "L’homme musical" in 1976, in which he explicitly documents his polymicrotonal system and gives a brief and particular survey of his predecessors: Hába, Carrillo, and Wyschnegradsky. Marie’s first work in polymicrotonal systems was "Concerto milieu divin" (1969/1970) in third, quarter, fifth, and sixth tones for orchestra. There is a recording of this piece under the direction of Lukas Foss from 1970.
Like Ives, Marie was not a tuning purist; they both evinced a predilection for equally divided whole tones, rather than basing their pitch structures solely on the overtone series, or just intonation. Marie, like Bartók in his String Quartet No. 4, was interested in the compression and expansion of equally-spaced intervallic structures, which necessitates equal divisions, rather than unequal just tunings.
It appears that Marie’s attitude towards microtonality and tuning had an impact on Xenakis, who also was a student of Messiaen. Marie also acknowledges the influence Aristoxenus had on Xenakis, with respect to the Genera of Greek tunings.
Marie felt that one can transcend the Occident by pushing its limits. Maximum and minimum resolution, also, plays a role in limiting the reality of polymicrotonality. Our ears, according to Helmholtz hit the Just Noticeable Difference (JND) at around 10 cents. Within the context of polymicrotonality, Marie felt it was important for identities to become lost, and then rediscovered within the context of a piece of music."

Source : (Polytempic Polymicrotonal Music, Peter Thoegersen, 2012)





biographie(Edit)

Élève de Darius Milhaud et d’Olivier Messiaen, il fonde, en 1949, le Cercle culturel du Conservatoire et organise des concerts de musique contemporaine à la Sorbonne. Quelques années plus tard, il réalise des musiques électroacoustiques dans le cadre du Club d'essai, mais indépendamment du Groupe de recherches de musique concrète de la R.T.F. Metteur en ondes à la radio française de 1949 à 1975, il se spécialise dans la retransmission des festivals de musique contemporaine. Il est successivement le fondateur des Semaines de musique contemporaine d’Orléans SMIO (1968), du Centre international de recherche musicale (Cirm) et du festival Les musiques actuelles de Nice MANCA (1979). Jean-Etienne Marie laisse une œuvre abondante touchant à peu près tous les genres musicaux, des livres (dont "l'Homme musical", qui fut sélectionné en 1976 parmi les cinquante plus beaux ouvrages de l'année, Ed. Flammarion), des articles publiés dans l'Encyclopédie de la Pléiade et dans diverses publications françaises et étrangères, des courts métrages et des films expérimentaux.
Professeur à la Schola Cantorum, aux universités de Paris VIII et Marseille, il initie le premier cours d’électroacoustique musicale en France en 1959, avec notamment pour élèves Gérard Grisey, Jean-Claude Wolff et Pascale Criton. Pionnier mêlant bande et instruments ou orchestre, Jean-Étienne Marie inscrit son travail dans la recherche sur les micro-intervalles et réalise, à cet effet, un synthétiseur qu’il nomme CERM : Complexe Expérimental de Recherches Musicales — C'est sur cet appareil qu'il exécute en concert ses musiques nouvelles, telles que Irrationnelle Homothétie (1979), et une série d'œuvres pour C. E. R. M., avec piano, ou bande magnétique : Fractal-Figural I à IV (1978-1981). Concernant la musique mixte (instrumentale et dispositif électroacoustique ou électronique) et l'une des premières œuvres de ce type, "Déserts" d'Edgar Varèse en 1954, il énonçait ceci : « Je m’étais personnellement attaché si fort à l’idée d’une confrontation dialectique entre la musique concrète et la pâte vivante de l’orchestre que ce premier contact avec l’œuvre de Varèse me laissait tout à la fois rempli d’admiration et de déception. Admiration, car, malgré la dualité extrême des deux matériaux sonores l’œuvre conservait une unité profonde ; mais pourquoi se voiler à soi-même le regret alors éprouvé : la confrontation des deux mondes sonores distincts se bornait à une simple juxtaposition de séquences tour à tour musicales et concrètes. Varèse nous conduisait au seuil de la terre promise, lui-même n’y entrait pas. » (In Jean-Étienne Marie, « De quelques expériences d’électro-acoustique musicale », in La Revue Musicale, numéro spécial, p.265-266).
Dans le cadre du CIRM (qu'il a créé en 1968 puis implanté à Nice en 1978 à la suite du legs par Julian Carrillo d'instruments en 1/3, 1/5 et 1/16 de ton), il a réalisé des œuvres comme "S 68" (1969), "symphonie électroacoustique" pour bande magnétique en trois mouvements (Vent d'Est, Action, Demain), "BSN 240" (1969) pour trois bandes stéréo à déroulement infini (ne retrouvant leur synchronisme de départ qu'au bout de deux cent quarante heures).
Il crée également à Nice en 1986 le MITT (Micro-intervalles, théorie, technologie).
Que ce soit dans la formalisation mathématique la plus poussée ou la plus libre improvisation, sa technique d'écriture découle d'une réflexion sur le "temps musical" perçu, non comme un temps linéaire de nature spatiale, mais un temps tissé de temps autonomes, lacunaires, dont l'étagement organisé produira la profondeur de l'œuvre (que ce soit dans la formalisation mathématique la plus poussée ou la plus libre improvisation, la plus violente dialectique ou l'unité apaisée). En 1953, il définissait le rythme ainsi : « une combinaison perçue par l’intelligence des diverses métriques engendrées par la répétition d’un élément quelconque » (In Musique vivante, Presses Universitaires de France, p. 113).

En [musique] électronique Jean-Étienne Marie aura les coudées beaucoup plus franches que bien des compositeurs de sa génération. Il fera beaucoup d’improvisations live et aimera poser son petit synthétiseur EMS directement sur le piano à queue. [...] Bien que fin connaisseur de la musique concrète — Jean-Étienne Marie fut un des collaborateurs de Pierre Schaeffer et a parti­cipé en 1962 au Concert Collectif — il était plutôt attiré par le “haut-vol­tage” et les sessions rapides en studio, qui plient l’électronique au projet instrumental. Il aimait aussi la prise de son créative et à ce titre il a été à la R.T.F. d’alors un des premiers “Musicien Metteur en Ondes”, à qui on doit (si ma mémoire est bonne) l’enregistrement de la création de Déserts d’Ed­gar Varèse au Théâtre des Champs Élysées ainsi que bon nombre de re­transmissions des festivals de musique contemporaine tel que celui de Royan. — (Michel Redolfi, "Entretien avec Michel Redolfi", par Christian Zanesi, Ars Sonora n°4, novembre 1996, http://www.ars-sonora.org/html/numeros/numero04/ASno04_1196.rtf‎ )


Interview Michel Redolfi
— Émission Multipistes France Culture, janvier 1988
avec extrait de Armures de Jean-Étienne Marie pour harpe microtonale


Source : INA










1954 — JEAN-ETIENNE MARIE ET DARIUS MILHAUD (1892-1974)(Edit)

En 1920, j'avais composé quelques essais restés inédits (sauf un court essai paru dans l'Almanach de Cocagne 1921 [1]). C'étaient des phrases musicales de longueurs différentes pour quatre clarinettes, reprises et jouées aussi longtemps qu'il était nécessaire. Ainsi, de même que les facettes d'un kaléidoscope nous offrent un dessin qui change à chaque impulsion, chaque reprise d'instruments était différente. Sur ce fond sonore, se greffait une ligne mélodique que le chanteur était libre de commencer quand il lui plaisait. Lorsque cette mélodie était terminée, il ne restait plus aux clarinettes qu'à s'attendre à la fin de leur ligne mélodique, tout en maintenant la dernière note jusqu'à ce qu'un accord final soit ainsi constitué. Je nommai "cadences" ces phrases répétées et enchevêtrées, car, comme les cadences, elles doivent être libres et aisées. J'avais fait à la même époque sur un poème de Jean Cocteau "Aérogyne femme volante", une mélodie du même ordre avec sept instruments lancées en cadences vives, mais j'en ai perdu le manuscrit.
Je repris cette forme d'expression en 1954, lorsque j'allai au Studio de Musique Concrète, à Paris pour faire un montage musical, "Étude Poétique" [2]. Je construisis ce morceau en me servant de sept bandes (quatre cadences en différentes tonalités jouées par un petit groupe de solistes ; une mélodie sur des paroles de Claude Roy, pour chant et deux saxophones ; un enregistrement de la même mélodie non accompagnée ; et un enregistrement des parties jouées par les saxophones seuls. Je fis ces manipulations avec Jean-Étienne Marie, elles m'amusèrent énormément, mais le studio se trouvait à un second étage, sans ascenseur, je n'y montais que lorsque mes jambes me le permettaient et cela ne coïncidait pas toujours avec la disponibilité du studio ! Ces complications m'empêchèrent par la suite de faire moi-même des essais de véritable musique concrète.
— (Darius Milhaud, in Notes Sans Musique (1949), pp. 330-331, Paris : Éditions René Julliard, édition revue et augmentée de 52 illustrations, 2ème trimestre 1963)


Référence :
Étude Poétique, op. 333, 1954, montage musical, Radio Française - Musique radiophonique pour accompagner des poèmes de Claude Roy. - Date de composition : mars 1954. - 1re audition : émission "Recherches", Radio France, 1954, enregistré sous la direction du compositeur. Œuvre pour mezzo-soprano, deux narrateurs et orchestre, incluant la partie de musique concrète « La Rivière Endormie ».


[1] Il s'agit de "Cocktail" pour voix et quatre clarinettes. [Voir la partition] ../files/articles/marie/1921_MILHAUD_cocktail.jpg

[2] Écouter Étude Poétique, la Rivière Endormie.










ŒUVRES(Edit)





Le Tombeau de Carrillo (1966)(Edit)


pour 2 pianos (le 2e en 1/3 de ton), bande magnétique
dur : 13mn50
Création : 08/09/1966 – Jean-Étienne Marie, Claude Helffer. Mexique, Mexico

JEAN-ETIENNE MARIE
— Le Tombeau de Carillo
extrait (1)



JEAN-ETIENNE MARIE
— Le Tombeau de Carillo
extrait (2)


Le Tombeau de Carrillo (1966) is Marie’s crowning achievement, featuring two live pianos in 12TET and 18TET (third tones), with tape of two pianos tuned to fifth and sixth tones. The tape idea helped alleviate portability problems by simply recording the fifth and sixth tone tuned pianos to tape, whereby only one piano, in third tones would need retuning on location. Marie was practical. The work is the second deliberate polymicrotonal piece in history. Le Tombeau is ternary: the A section uses live pianos in half and third tone tuning, while the B section employs sound masses of the fifth and sixth tone tuned pianos, performed in studio and stored on tape. — (Polytempic Polymicrotonal Music, Peter Thoegersen, 2012)

http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie9.jpgMaurice Fleuret
In Le Nouvel Obs, n° 116, 1 février 1967, p.39






Tlaloc 1 (1967) - Tlaloc 2 (1980)(Edit)


pour orchestre et 3 magnétophones stéréo
orchestre : ensemble de bois (3333), ensemble de cuivres (6341), 6 percussions, timbale, 5 claviers et ensemble de cordes
dur : 13mn30s (Tlaloc 2, 27mn)
Création : 28/03/1968 – Orchestre radio-symphonique de Strasbourg, direction Roger Albin. France, Strasbourg
Création (avec reprise de Tlaloc 1) : 19/01/1980 – Nouvel orchestre philharmonique de Radio France, direction Peter Eötvös. France, Paris, Maison de Radio France, Perspectives du XXe siècle.

JEAN-ETIENNE MARIE
— Tlaloc
(concert, enregistrement live, Tlaloc 2, 19/01/1980)


Source : Archives personnelles


"Les pluies, au Mexique, sont tropicales, c'est à dire d'une rare violence. Qu'il y en ait ou qu'il n'y en ait pas, c'est toujours une catastrophe. Tlaloc est le dieu de ces pluies-là. Jean-Étienne Marie a composé un morceau de musique, intitulé Tlaloc, "accumulation d'événements ponctuels". A cet effet, il a utilisé le triangle de Pascal, qui donne comme on sait les combinaisons des éléments d'un ensemble fini aussi grand qu'on veut. Sachant que l 'ensemble de référence est la n-ième puissance de l'ensemble de base (goutte d'eau = note / silence), on voit tout de suite où ça nous mène. Et à entendre, c'est encore mieux." (Alain Montesse)






Concerto Milieu Divin (1969)(Edit)


pour 2 orchestres et 5 magnétophones stéréo et 16 haut-parleurs
orchestre : ensemble de bois (2233), ensemble de cuivres 4330), 4 percussions et ensemble de cordes
dur : 28mn30s
Création : 26/03/1970 – Orchestre national de l'ORTF, direction Lukas Foss et Boris de Vinogradov. France, Royan, Festival international d'art contemporain de Royan.

JEAN-ETIENNE MARIE
— Concerto Milieu Divin
(introduction, Présentation)



JEAN-ETIENNE MARIE
— Concerto Milieu Divin
(concert, enregistrement live, 26/03/1970, dur : 27mn30s)


Source : Archives personnelles

JEAN-ETIENNE MARIE
— Concerto Milieu Divin
(introduction, Présentation du concert de 1970, Description du dispositif électroacoustique)


Source : INA


"In Concerto milieu divin, first violins are in sixth tones centered around D above high C. Second violins are incorporating both third and fifth tones centered on A . Violas are fluctuating from third to fifth tones centered on E#. The cellos are fluctuating from quartertones to third tones on B, while the basses are vacillating from third to quartertones centered on pitch D below bass clef. Although microtones are present in other instruments as well, such as a quartertone in the soprano clarinet, the bulk of the polymicrotonal usage is focused on the strings."(Polytempic Polymicrotonal Music, Peter Thoegersen, 2012)

Présentation du Concerto Milieu Divin
Fernand Vandenbogaerde, « Des musiques mixtes aux dispositifs électroacoustiques manipulés en direct », in Musique en Jeu, n°8, "Musiques Électro-acoustiques", Septembre 1972, pp.44-49.
(Cliquez les images pour les agrandir - Click to enlarge)

http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie22.jpghttp://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie23.jpg
http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie24.jpg
http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie25.jpg






Ithos (1976)(Edit)


pour ensemble instrumental et bande
dur : 25mn
Création : 1976 – Ensemble l'Itinéraire, direction Peter Burswick. France, Semaines musicales internationales d'Orléans

JEAN-ETIENNE MARIE
— Ithos
extrait






Observer 01, 02, etc. (1976-1981)(Edit)


pour dispositif (ou bande) et clavier
dur : 1h40mn
Comporte des pièces de 15 à 25 minutes composées de 1976 à 1981
Création de Observer 01 : 1978. France, Observatoire de Nice
Création de Observer 05 : 1978. France, Conservatoire de Grenoble
Création de Observer 06 : 03/04/1979 – Jean-Étienne Marie. France, festival Manca

JEAN-ETIENNE MARIE
— Observer n°6
extrait






Quand Elie l'entendit... (1977)(Edit)


pour orgue, bande et dispositif électronique
dur : 35mn
Création : 27/06/1977 – Willem Jansen. France, Paris, Maison de Radio France, studio 104, cycle d'orgue

JEAN-ETIENNE MARIE
— Quand Élie l'entendit...
extrait






Gravure polymorphique (1979)(Edit)


pour orchestre de chambre et bande
dur : 16mn
Création : 20/02/1979 – Orchestre Régional Provence-Côte d'Azur, direction Philippe Bender. France, Nice, CARI (Centre artistique de rencontres internationales)

JEAN-ETIENNE MARIE
— Gravure Polymorphique
extrait






Héphaïstos (1980) (Edit)


pour deux percussions et dispositif électronique (dispositif de retard)
dur : 16mn
Création : 28/11/1980 – Jean-Claude Tavernier, Jean-Michel Gianelli. France, Orléans, salle de l'Institut, Semaines musicales internationales d'Orléans

JEAN-ETIENNE MARIE
— Héphaïstos
extrait






Fractal figural I, II, etc. (1980-1981)(Edit)


pour synthétiseurs, spatialisateur et clavier (pour CERM, piano et bande magnétique)
dur : 1h15mn
Comporte des pièces de 20 à 25 minutes
Création de Fractal figural I : 19/01/1980 – Jean-Étienne Marie. France, Paris, Maison de Radio France, studio 104, Perspectives du XXe siècle
Création de Fractal figural III : 1980. France, Paris, Maison de Radio France
Création de Fractal figural IV : 1981. Allemagne, Bonn, Kultur Forum

JEAN-ETIENNE MARIE
— Fractal Figural
extrait






De l'ambiguïté, hommage à E. Gallois (1982)(Edit)


pour orchestre de chambre
dur : 16mn
Création : 15/03/1983 – Ensemble du Nouvel orchestre philharmonique de Radio France, direction Boris de Vinogradov. France, Paris, Maison de Radio France, hommage à Evariste Gallois

JEAN-ETIENNE MARIE
— De l'Ambiguïté
extrait






Marana tha (1988)(Edit)


pour orchestre
dur : 25mn
Création : 29/10/1988 – Ensemble du Nouvel orchestre philharmonique de Radio France, direction Arturo Tamayo. France, Semaines musicales internationales d'Orléans

JEAN-ETIENNE MARIE
— Marana tha
extrait










DOCUMENTS(Edit)




LIVRES (extraits)(Edit)





L'HOMME MUSICAL (extrait)
collection "Notre Temps", n° 32, Paris : Arthaud-Flammarion, 1976
par Jean-Étienne Marie
Sources : Archives personnelles



http://joy.nujus.net/files/articles/marie/ProgressionTemperament.jpg

../files/articles/marie/marie15_PlancheA.jpg

../files/articles/marie/marie16_PlancheB.jpg

../files/articles/marie/marie17_PlancheC.jpg

Jean-Étienne Marie — Table pour ajuster les calculs de fréquences microtonales. Pour les utiliser, il suffit seulement de multiplier l'indice de progression par la fréquence de base que l'on souhaite.
(Cliquez les images pour les agrandir - Click to enlarge)



http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie6.jpg

Jean-Étienne Marie — Table polymicrotonale des cordes pour la construction de pianos microtonaux



http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie7.jpg








ARTICLES(Edit)



ARTICLE - 15 FEVRIER 1967
In Le Nouvel Obs, n° 118, du 15 au 21 février 1967, pp. 42-43
par Maurice Fleuret
Sources : http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS0118_19670215/OBS0118_19670215_042.pdf
http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS0118_19670215/OBS0118_19670215_043.pdf


http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie8.jpg







ARTICLE - 1968 (extrait)
In Encyclopédie des Musiques Sacrées, Vol.1, L'Expression du Sacré en Orient, Afrique, Amériques du Sud, sous la direction de Jacques Porte, pp. 344-349, Paris : Éditions Labergerie, 1968
par Jean-Étienne Marie
Sources : Archives personnelles

http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie18.jpg

http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie19.jpg

http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie20.jpg

http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie21.jpg







ARTICLE - NOVEMBRE 1973 (extrait)
In Musique en Jeu, n° 13, novembre 1973, pp. 36-48
par Jean-Étienne Marie
Sources : Archives personnelles

http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie10.jpg

http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie11.jpg

http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie12.jpg

http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie13.jpg

http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie14.jpg










MICROTONALITÉ(Edit)

NOTES SUR LES ÉCHELLES MICROTONALES
(selon Didier Debril)

  • Système en 15e d’octave (n=15)
    Utilisé par les compositeurs américains de l’Intonation Juste.
  • Système en 17e d’octave (n=17)
    Environ 71 cents
    Utilisé par des compositeurs contemporains.
  • Système en tiers de ton (n=18)
    Imaginé pat Ferrucio Busoni dès 1906
    Nombreux compositeurs utilisent ce système mais mélangés à d’autres micro-intervalles.
    Maurice Ohana utilise ce système.
  • Système en 19e d’octave (n=19)
    Utilisé par les compositeurs américains dont John Catler.
    Meilleure approximation du système mésotonique au tiers de comma de Francisco Salina.
    Intervalle de base vaut environ 63 cents.
  • Système en quarts de ton (n=24)
    Intervalle = 50 cents.
  • Système en 26e d’octave (n=26)
  • Système en cinquièmes de ton (n=30)
    Étudié et utilisé par Jean-Étienne Marie et Aloïs Haba.
  • Système tricesimoprimal (n=31)
    Intervalle de base vaut environ 39 cents.
  • Système des sixièmes de ton (n=32)
    Intervalle de base vaut environ 33 cents.
  • Système en 41e de ton (n=41)
    Paul Von Janko le considérait comme étant le meilleur système entre 12 et 53 sons par octave.
  • Système en septièmes de ton ou 42e d’octave (n=42)
    Étudié et utilisé par Jean-Étienne Marie et Pierre Bartholomée.
    Intervalle de base vaut environ 29 cents.
  • Système en huitièmes de ton (n=48)
    Utilisé par des compositeurs comme Jean-Étienne Marie, P. Dusapin.
    Intervalle de 25 cents.
  • Système en 53e d’octaves (n=53)
    Ou système de Holder, système très ancien.
    Correspond à la division du ton en 9 commas, Soit 5 commas pour un demi-ton chromatique et 4 commas pour un demi-ton diatonique.
    La gamme chromatique constituée de cinq tons et de deux demi-tons diatonique possède 53 commas, 5*9+2*4=53 commas.
    Le comma de Holder vaut environ 23 cents, ce système est une bonne approximation du système pythagoricien.
  • Système en douzièmes de ton (n=72)
    Utilisé par quelques compositeurs du 20e siècle.
    L’intervalle de base vaut environ 17 cents.
  • Système en seizièmes de ton (n=96)
    Utilisé entre autres par Luigi Nono et compositeurs contemporains.
    Intervalle de base vaut environ 12,5 cents.
  • Système en 24e de ton (n=144)

Petite remarque :
Le compositeur américain Brian McLaren a classé en trois catégories les systèmes microtempérés. En premier ceux qui se rapprochent de la quinte naturelle, de rapport 3/2. Ce sont les systèmes à 12, 19, 22, 24, 27, 29, 31, 34, 36, 38, 39, 41, 43, 45, 46 et 48 degrés par octave. Dans ces systèmes, note-t-il, les triades consonantes sont nombreuses et facilitent l'harmonie traditionnelle. En second, il y a les systèmes qui n'ont pas de quintes reconnaissables et comprennent les systèmes à 6, 8, 9, 11, 13, 16, 18 et 23 degrés par octave. Ces derniers ont comme caractéristiques d'être fort dissonnants et qui appellent une harmonie atonale. Enfin, il y a les systèmes intermédiaires, différents des deux catégories précédentes.










BIBLIOGRAPHIE(Edit)


Ouvrages

  • MARIE Jean-Étienne, « Musique vivante, introduction au langage musical contemporain », (précédée de trois textes de Heitor de Azevedo, Roland Manuel et Serge Moreux et d'une lettre de Daniel Lesur), collection "Nouvelle Recherche", Paris : Privat Éditeur, Presses Universitaires de France, 1953.
  • MARIE Jean-Étienne, « L'Homme Musical », collection "Notre Temps", n° 32, Paris : Arthaud-Flammarion, 1976. (ISBN: 9782700301236)
    (ouvrage issu de la Thèse "Ethnocentrisme, musique et écriture", soutenue par Jean-Étienne Marie à Vincennes en 1973)
  • MARIE Jean-Étienne, « Trois Discours sur le Musical », Thèse d'État, Aix-en-Provence : Edisud, 1983.

Articles

  • MARIE Jean-Étienne, chap. « Musique Électronique, Expérimentale et Concrète », In Encyclopédie de la Pléiade, Histoire de la Musique II du XVIIIe siècle à nos jours, p.1448, Paris : Éditions Gallimard, Paris, 1963.
  • MARIE Jean-Étienne, « Pythagorisme et Musique d'Aujourd'hui », In Encyclopédie des Musiques Sacrées, Vol.1, L'Expression du Sacré en Orient, Afrique, Amériques du Sud, sous la direction de Jacques Porte, pp. 344-349, Paris : Éditions Labergerie, 1968.
  • MARIE Jean-Étienne, « De quelques expériences d’électro-acoustique musicale », in La Revue Musicale, numéro spécial, no. 265-266, pp. 129-149. Paris: Richard-Masse, 1969.
    Cet article est un compte-rendu technique et musical de la réalisation de certains concerts électroacoustiques entre 1952 et 1968. L’auteur décrit le programme de 12 concerts afin de comprendre la relation entre les œuvres musicales et la technique requise. Il aborde de nombreux systèmes de diffusion à l’aide de diagrammes afin de nous donner une présentation historique des orchestres de haut-parleurs des années 50 et 60.
  • MARIE Jean-Étienne, « Sur Quelques Problèmes de Notation », In Musique en Jeu, n° 13, "Notations, Graphismes", revue trimestrielle, novembre 1973, pp. 36-48, Paris : Éditions du Seuil, 1973.
  • MARIE Jean-Étienne, « Le Sens et le Son », in Journal of New Music Research, Interface, Volume 6, Issue 3-4, 1977, p.165-178. DOI: 10.1080/09298217708570241
    In this article the author expresses the view that a confrontation between music and literature must not be limited to an opposition of an art of words and an art of sounds. Rather, there is one unique universe of sounds, dependent upon two different kinds of writing: the musical, and the literary. — [access]
  • MARIE Jean-Étienne, « Nietzsche et la Musique », In "Nouvelles Lectures de Nietzsche », Cahiers L'Age d'Homme, n°1, pp. 160-166, Lausanne : Édition L'Age d'Homme, 1985.










DISCOGRAPHIE(Edit)

  • "Musiques en 1/3 et 1/16 de ton", double cd, Édition Techni-sonore/SNE, Montréal, ref. SNE 667, 2008-2009.
  • Jean-Étienne Marie ‎– "Appel Au Tiers Monde", Impact De La Musique Contemporaine, disques Adès, 17.010



http://joy.nujus.net/files/articles/marie/cd_tiersmonde4.jpg










CATALOGUE DES ŒUVRES / LIST OF WORKS(Edit)



  • Deux Poèmes de Paul Éluard (1949). pour récitant et piano. Création : Claude Helffer et Jean-Étienne Marie, 1949. France, Paris. 3min30s
  • Sonatine pour hautbois solo (1950). Création : Chevalet, 1949. France, Paris. 7min
  • Pièce vocale sur des textes du Troisième Dimanche de Carême, pièces vocales (1951). Création : Maîtrise de la RTF, direction J. Basson, 1951. 4mn
  • Les Chaussons Verts, ballet pantomime pour enfants (1952). Création : Théâtre du Cygne, 1952. 55mn
  • Un Garçon, une Fille, un Chien, et des ..., ballet pantomime pour enfants (1953). Création : Théâtre du Cygne, 1953. 20mn
  • Poésies, pour chœur de femmes (1956). Textes de Georges Schéhadé. Création : Maîtrise de la RTF, direction Jean-Paul Kreder. France, Paris, RTF, 1956. 4mn30
  • Pentathle Monogénique (1958). pour piano. Création à l'Institut Français de Brême par Béatrice Berg. 5mn
  • Images Thanaïques (1960). pour récitant, orchestre et bande magnétique. Commande de la RTF. Création aux Concerts Lamoureux (12/11/1961) sous la direction de Manuel Rosenthal, 1.1.3.3.- 4.4.4.0.; cordes: 2.0.12.12.12. - piano, 2 harpes, 2 xylo 4 perc, timb. bande magnétique. 8mn30
  • Polygraphie Polyphonique N° 2 (1961). Création à Paris (15/02/1963) sous la direction de Gilbert Amy [à Tanglewood (1964)]. 1.0.0.0.-1.1.1.0.-1.1.1.0.0. - piano, xyl., perc. 6mn30 (EFM)
  • Expérience Ambigüe (1962). Participation au Concert Collectif' du Service de la Recherche de l'ORTF, créé à Paris en 1962 (ou 18/03/63) sous la direction de Charles Bruck. 0.0.2.0.-0.2.0.0.-1.1.1.1.0. - perc., harpe. 10mn (EFM)
  • Hommage à Julián Carrillo (1965). pour piano en tiers de ton. Création : Alain Margoni. France, Paris, Sorbonne, 1965. 6mn30
  • Obediens Usque Ad Mortem pour ensemble de cuivres et bronté, ou percussion (1966). Création, à la radio par M. Kouzan. Première publique : (27/01/1967) Orchestre philharmonique de l'ORTF sous la direction de Charles Bruck. 0.0.0.0.- 3.4.3.1. - 1 perc. (4 cors, 3 trompettes, 3 trombones, tuba, percussions). 8mn30 (Ed. Jobert) — — [Voir le programme Tanglewood 1970 (jpg)] ../files/articles/marie/marie_concerttanglewood1970_b.jpg
  • Tombeau de Julián Carrillo (1966). pour 2 pianos (le 2e en 1/3 de ton), bande magnétique. Création : 08/09/1966 par Jean-Étienne Marie, Claude Helffer. Mexique, Mexico. 13mn50
  • Appel au Tiers Monde (1967). Texte d'Aimé Césaire. pour bande magnétique et récitant (concert). Création : J. Campbell. France, Paris, Institut américain (1968). Création version ballet : J. Campbell, Ballet de l’Opéra de Toulouse. France, Toulouse, Capitole (12/01/1968). Chorégraphie de Sparembleck, décor de J.M. Leuwen, J. Campbell récitant. 16mn (Ed. Jobert) — [annonce de la sortie du disque, Nouvel Observateur (pdf)]
  • Nocturne Marin (1967). O’ Tamsi pour bande, ballet. Création : France, Toulouse, Théâtre du Capitole (1967). 10mn
  • Tlaloc 1 (1967). pour orchestre et 3 magnétophones stéréo. Commande d'Etat. Création par l'Orchestre Radio-Symphonique de Strasbourg sous la direction de Roger Albin (28/03/1968). 3.3.3.3.- 4.6.4.0. - cordes - piano, xyl., vib., celesta, glock., cloches, 4 perc. timb., 3 bandes magnétiques. 13mn30 (Ed. Jobert )
  • BSN 240 (1969). pour trois bandes stéréo à déroulement infini en contrepoint au spectacle cinétique permanent de H.W. Muller donné au CNIT (La Défense, Paris, 20/11/1969) 10' (Prix salon Batimat 1969). 240h
  • Concerto "Milieu Divin" (1969). pour 2 orchestres et 5 magnétophones stéréo. Commande d'Etat. Festival international d'art contemporain de Royan. Création par l'Orchestre National au Festival de Royan 1970 sous la direction de Lukas Foss et de Boris de Vinogradov (26/03/1970). 2.2.4.3.- 4.4.4.0. - cordes - 2 (xyl. vib. cloches, cel.-glock, harpe) 6 perc., 5 magnétophones. 28mn30 (Ed. Jobert)
  • Joie (1969) — non répertorié - à vérifier
  • Mimodrame 68 (1969). pour trp, trb, perc, acteur, chanteur, ondioline. Création par la "Petite Compagnie", Festival Semaines musicales internationales d'Orléans. 18mn
  • S 68 (1969). Symphonie électro-acoustique en trois mouvements : "Vent d'est, Action, Demain". Création à Paris au Grand Palais, salon des Arts décoratifs, en concert (30/09/1969); à Orléans (ballet), par la Cie Beranger. J.Russillo (1971). 1h10
  • Savonarole (1970). pour diffusion 6 pistes bandes magnétiques, chœurs, 2 récitants, orchestre à cordes. Création au Festival Semaines musicales internationales d'Orléans de 1971, Nicole Kochmann, Jocelyn Canoëu, Chorale populaire d'Orléans et ensemble de cordes d'Orléans, sous la direction de J.E. Marie (01/03/1971). 35mn
  • Ich Glaube (1971). théâtre musical. Création : La petite compagnie. France, Paris, musée d’Art moderne de la Ville de Paris, ARC (15/03/1971).
  • Un fanal pour mes canaux (1972). pour bande magnétique. Création : France, Paris, Festival de Montparnasse. 27mn
  • La parole de Dieu est comme une épée (1972). pour trois bandes magnétiques et quatre magnétophones. Création par le CIRM au Festival Semaines musicales internationales d'Orléans (20/02/1972). 52mn
  • Symphonies (1972). bande magnétique stéréo ou orgue et bande. Création à Athènes, Institut français (10/1972), Royan, Madrid (1973). 26mn
  • Vos leurres de Messe (1972). pour trompette et cor, écran, trois bandes magnétiques / magnétophones. Création au Festival Montparnasse (1972) par Pierre Mariétan et Louis Roquin. 14mn30
  • Ecce Ancilla Domini (1973). pour orchestre à cordes (32 cordes individuelles). Commande d'Etat. Création par l'Orchestre des Pays de la Loire sous la direction de Jean-Claude Casadesus. Festival international d'art contemporain de Royan (14/04/1973). 15mn (EFM)
  • In Manus Tuas Domine (1975). pour chœur et bande 4 pistes. Créations partielles à L'Espace Cardin et à St. André de l'Eure. 75mn
  • Ithos (1976). pour ensemble instrumental et bande. Commande d'Etat. Création par l'Ensemble l'Itinéraire sous la direction de Peter Burswick au Festival Semaines musicales internationales d'Orléans. 11.1.1.-0.1.0.0.-11.1.1. et 2 bandes magnétiques. 25mn (Ed. Amphion)
  • Quand Elie l'entendit... (1977). pour orgue, bande et dispositif électronique en direct. Création à la Maison de Radio France par Willem Jansen, studio 104, cycle d'orgue (27/06/1977). 35mn
  • Tombeau de Césaire Levillain (1977). pour 12 cordes, bande magnétique et électronique directe. Commande d'Etat. Création par l'Orchestre de Chambre de Rouen sous la direction de Claude Bernède (22/01/1977). Inauguration du CNR. 28mn
  • Chréodes (1974-78). pour dispositif ou bande magnétique et clavier. Comporte des pièces de 3 à 20 minutes composées de 1974 à 1978. Créations à Orléans (Semaines musicales internationales d'Orléans), Montreuil, St. André de l’Eure, Nice. 70mn
  • Credo Mu (1978) — non répertorié - à vérifier
  • Cuirassé Potemkine (1978). pour projection du film muet d'Eisenstein avec mixages en direct de plages électroniques et de la voix d'un récitant, textes d’Eisenstein. Création à Nice (15/12/1978, MJC Gorbella) et au Festival de Cannes (1980). 1h10
  • Labyrinthes (1978). pour trombone solo ou avec synthétiseurs [et dispositif électronique ad lib.]. Création à Bucarest (Théâtre G. Enesco, 1984) par F. Pawe et ensemble Hypérion. (durée ad libitum). (Éd. Amphion)
    (The piece is comprised of six notes which are performed according to various instructions, with many music elements indeterminate)
  • Solde pour un compte de Noël (1978). pour violon, guitare. xylophone, clarinette et piano. Création au Conservatoire de Blanc-Mesnil (27/02/1979). 10mn
  • Gravure Polymorphique (1979). pour orchestre de chambre et bande magnétique. Commande d'Etat. Création par l'Orchestre de Provence Côte d'Azur sous la direction de Philippe Bender (20/02/1979), CARI (Centre artistique de rencontres internationales). 1.0.2.0. 1.11.0. 5.0.0.5.0, perc., marimba et bande magnétique. 16mn
  • 3 études brèves pour 2 percussions (1975 ou 1979). pièce « pédagogique » commandée pour le Conservatoire de Boulogne-Billancourt. 12mn (Éd. Jobert)
  • Hephaistos (1980). pour deux percussions et dispositif électronique (dispositif de retard). Création au Festival Semaines musicales internationales d'Orléans de 1980, salle de l'Institut. Jean-Claude Tavernier, Jean-Michel Gianelli. 16mn (Ed. Amphion)
  • Impro I (1980). pour voix, dispositifs électroniques (et piano). Création aux MANCA Nice par Irène Jarsky et J.E. Marie. 12mn
  • Irrationnelles Homothéties (1980). deux bandes magnétiques et synthétiseur C. E. R. M. (Complexe expérimental de recherche musicale) synthétiseur portable accordé en micro-intervalles non tempérés. Création: La Napoule et Bourges (12/06/1982, Théâtre Jacques-Cœur, 12e Festival International des Musiques Expérimentales de Bourges). 24mn
  • Tlaloc II (1980). pour orchestre et 3 magnétophones stéréo. Commande d'Etat. Création avec reprise de Tlaloc 1 par le Nouvel Orchestre Philharmonique de Radio-France sous la direction de Peter Eötvös (19/01/1980, Maison de Radio France, Perspectives du XXe siècle) formation identique à celle de Tlaloc 1, spatialisateur électronique. 27mn
  • Trois affiches d'Holger Matthies (1980). dispositifs électroniques et piano. Création à Nice (CARI) par J.E. Marie, CIRM. 22mn
  • Aulographie (1981). ("Naissance.. du souffle.. du rythme.. du son, le jeu d'Eros, les silences d'Agapé, Monde déchiré. retour au bruit") pour flûte, dispositifs et bande magnétique. Création aux Semaines de musique contemporaine de Romans par Gérard Garcin. 45mn
  • Complies à St-Thomé (1981). bande magnétique. Création à l'Université de Paris 6 - Architecture. 19mn30
  • Espaces de Rêves, I- "La Répétition" (1981). bande magnétique. Création à Mexico. 18mn
  • Fractal Figural I, II, … (1981). pour synthétiseurs C. E. R. M. (Complexe expérimental de recherche musicale) synthétiseur portable accordé en micro-intervalles non tempérés, spatialisateur et clavier. Comporte des pièces de 20 à 25 minutes. Création de Fractal figural I : 19/01/1980 – Jean-Étienne Marie. France, Paris, Maison de Radio France, studio 104, Perspectives du XXe siècle. Création de Fractal figural III : 1980. France, Paris, Maison de Radio France. Création de Fractal figural IV : 1981. Allemagne, Bonn, Kultur Forum. Créé par J.E. Marie. 75mn
  • Je ne suis pas allé à Thoare (1981). pour flûte, et bande magnétique. Création à Barcelone par Gérard Garcin. 15mn
  • Le Violent Harmonieux Combat (1981). bande magnétique. Création au Centre Pompidou dans le cadre de l'Exposition Molinier. 25mn
  • Observer 01, 02... (1976-81). pour dispositif (ou bande magnétique) et clavier. Comporte des pièces de 15 à 25 minutes composées de 1976 à 1981. Création de Observer 01 : 1978. France, Observatoire de Nice. Création de Observer 05 : 1978. France, Conservatoire de Grenoble. Création de Observer 06 : 03/04/1979 – Jean-Étienne Marie. France, festival Manca, Nice. 100mn
  • De l'Ambiguïté, Hommage à E. Gallois (1982). pour orchestre de chambre. Commande de Radio-France. Ensemble du Nouvel Orchestre Philharmonique sous la direction de Boris de Vinogradov (15/03/1983, Maison de Radio France, hommage à Evariste Gallois). 11.11.- 1.2.1.0.- 4.3.2.2.1. perc, timb, piano. 16mn
  • Les Bijoux de Cornélia (1982). bande magnétique stéréo réalisée au CEMAMU sur l'UPIC. Création en 1982 à Lisbonne, Fondation Calouste Gulbenkian. 16mn
  • Topique Topiaire (1982). bande magnétique et orgue, ou bandes magnétiques seules. Création Jean-Étienne Marie, (12/06/1982), Bourges, 12e festival International des musiques expérimentales de Bourges. 19mn
  • Biot Hermes (1983). pour bande magnétique. Création : 1983, Biot. 6mn30
  • Bonjour M. Ligeti (1983). pour bande magnétique. France, Nice, Cirm, Création à Sophia Antipolis. 12mn30
  • Improvisation II (1983). pour voix, dispositifs et piano. Création au festival Manca Nice 1983 par Yumi Nara et J.E. Marie (25/02/1983). 12mn
  • Limonaire Lithographe (1983). pour orgue et bande magnétique. Création au cloître de Cimiez, Fête de la Musique 1983 (21/06/1983).
  • Sylviana Story (1983). bande magnétique. Création Maison de Radio France. Création (version ballet) : 20/01/1985 – Ballets de l’Opéra de Nice. France, festival Manca, Musiques-espaces. 7mn
  • Tombeau du Dr Douady (1983). pour piano et bande magnétique. Créé à St Hilaire du Touvet par J.E. Marie. 31mn
  • Holzwege (1984). bande magnétique et instrument ad libitum. Création à Nice. 10mn
  • Lis abiho fasien viouloun de sis aleto (1984). pour clarinette et bande magnétique (sons fixés sur 4 pistes). Créé au festival MANCA Nice par Michel Lethiec, galerie des Ponchettes (21/02/1984). Création (version ballet) : 20/01/1985 – Ballets de l’Opéra de Nice. France, festival MANCA, Musiques-espaces. 13mn
  • Sinfonietta (1984). bande magnétique. Création 13e festival International des musiques expérimentales de Bourges. 20mn
  • En lieu et place de... (1985). pour flûte et bande magnétique (comportant une lettre de Luis de Pablo lue par lui-même). Création : Galerie des Ponchettes, festival Manca, Musique d'Espagne et de France par Gérard Garcin (25/01/1986). 5mn
  • Improvisation III (1985). pour voix, dispositifs et piano. Création à l'IRCAM par Yumi Nara et J.E. Marie. 15mn
  • Mobile Aléatoire Bach (1986) — non répertorié - à vérifier
  • Coje (1986). pour bande magnétique et voix. Création : Yumi Nara. France, Paris, Maison de Radio France. 15mn
  • Papa, maman, la musique et moi (1986). Commande d'Etat. Opéra pour enfants sur un texte de Susie Morgenstern. Créé à Cannes, Noël 1986, par l'Orchestre de Cannes-Provence Côte d'Azur et des élèves des Conservatoires de Cannes et de Nice sous la direction de Philippe Bender. 2.2.2.2.- 2.2.0.0.- 8.6.4.4.2. - piano, timb. perc., bande magnétique, un récitant, une récitante, chœurs. 40mn
  • Armures aux duites enchainées (1987). pour harpe CarrilIo en 1/16° de ton et bande magnétique. Création au musée Matisse, Nice (puis à Darmstadt, Nürnberg) par J.E. Marie. 10mn
  • Des pirates avalaient des couleuvres (1987). Commande des MANCA. Créé sur le navire du film « Les pirates » par l'Orchestre de Cannes, Provence Côte d'Azur sous la direction de Philippe Bender lors du festival MANCA (18/04/1987). 12mn
  • Marana Tha (1988). pour orchestre. Commande de Radio-France. Création au Festival Semaine musicales internationales d'Orléans 1988, par un Ensemble du Nouvel Orchestre Philharmonique sous la direction d'Arturo Tamayo (29/10/1988). 2.0.2.2.- 2.2.2.0. .3.3.3.3. - 3 perc. 25mn (Ed.Amphion)
  • Trois poèmes sans textes (1988). "D'après Luis de Gongora, John Done, Stéphane Mallarmé". pour ordinateur (Macintosh) + Yamaha DX7 II + Oberheim. Créé en 1988 au Festival d'Alicante. 23mn
  • Condorcet (1989). pour ensemble instrumental. Création : Atelier Musique de Ville d'Avray, direction Jean-Louis Petit (17/12/1990). 18mn
  • Empedocle (œuvre inachevée). 45mn




Court-Métrages, films expérimentaux
(réalisation image et son)

  • Ferdinand Desnos, Georges Van Haardt, Polygraphie Polyphonique N° 1 et N° 2 — pas d'information




Musiques de film

  • La Muerte del Toro (Marcel Hanoun) - 1961, court-métrage, noir & blanc, 16 mm, son mono, 12 minutes. — Film de montage visuel et sonore autour d'un taureau qui combat dans les arèneshttps://vimeo.com/32698233
  • Le Christ dans la Cité (Marcel Hanoun) - 1962, court-métrage, noir & blanc, 16 mm, son mono, 13 minutes. — Processions pendant une semaine sainte à Valladolid.
  • Les Caves de l'Esprit (Philippe Durand, Michel Dery) — 1967, noir & blanc, 35mm, 15 minutes. — La caméra parcourt les œuvres d'une exposition de la bibliothèque nationale sur les ancêtres du surréalisme.
  • L'Acoustique par l'image - 1965, 35 minutes
  • Émetteur de Nordheim - 1973, 40 minutes
  • Villes piétonnières — pas d'information








ANNONCES CONCERTS


Polygraphie Polyphonique N° 2 (1961), au Berkshire Music Concert, Tanglewood 1963 — [programme complet concert Tanglewood 1963 (pdf)].
Obediens Usque Ad Mortem pour ensemble de cuivres et bronté, ou percussion (1966), au Theatre-Concert Hall, Tanglewood, 1970?

http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie_concerttanglewood1963_b.jpg



http://joy.nujus.net/files/articles/marie/marie_concerttanglewood1970_b.jpg









   
   
   
    [Edit] [Hist] [UP] [List] [New]   [Log out]


1995/2019 — Powered by LionWiki 3.1.1 — Thanks to Adam Zivner — webmaster & webdesign : Jérôme Joy — Author : Jérôme Joy — Any material is under copyleft © with in-line & in-text attributions —
http://jeromejoy.org/ — Hosted by nujus.net NYC since 2007, and by The Thing NYC (between 1995-2007 — Thanks to Wolfgang Staehle and the Thing team).