On extended, boundless, vibratory and in-the-now sympathy music

http://jeromejoy.org/


  || NEWS                 || BIO   | SHOWS   | CATALOG                 || PROJE(C)TS   | MP3s   | CDs   | VIDEOS                         || BIBLIO   | STUDIES   | DOCUMENTATION   | PH.D.   | EDU                 | COLLECTIVE JUKEBOX   | NOCINEMA.ORG   | CONCERTS FILMS   || AUDITO   | QWAT?                   || home   | contact  |     |    🔎  |

  Last changed - (French time): 2016/07/26 16:08     > Recent changes

 

> Studies > FAC-SIMILES


JEAN-CLAUDE ELOY


page 1 — 1954-1966

page 2 (1966-1972)page 3 (1972-1980)page 4 (1980-1989)page 5 (1989-...)



(Cet article et étude documentaire sont réalisés avec l'agrément et l'autorisation du compositeur Jean-Claude Eloy)




Bookmark the shortcut for this page / enregistrer l'adresse de cette page :
http://jeromejoy.org/ELOY/






biographie(Edit)

Jean-Claude Eloy est un compositeur français, né en 1938. Il a étudié au CNSM de Paris ou il obtint les Premiers Prix de Piano, Musique de Chambre, Contrepoint, Ondes Martenot, et travaillé la composition dans la classe de Darius Milhaud. Il a suivi les cours d'été de Darmstadt (Pousseur, Scherchen, Messiaen, Boulez, Stockhausen), et a été étudiant dans la Master Class de composition de Pierre Boulez à l'Académie de Musique de Bâle (1961-63).

Les œuvres de Jean-Claude Eloy ont été présentées dans le monde entier. Elles ont été dirigées par Pierre Boulez, Ernest Bour, Michael Gielen, Bruno Maderna, Diego Masson, Michel Tabachnik, Arthur Weisberg, et d’autres ... Il a vécu aux Etats-Unis (professeur à l'Université de Berkeley dans les années soixante), en Allemagne (invité des studios du WDR de Cologne, de la Technische Universität de Berlin, artiste en résidence du Berliner Künstlerprogramm), en Hollande, au Japon (ou il a entre autres collaboré avec NHK et le Théâtre National du Japon). Il présente régulièrement ses œuvres dans de nombreux festivals internationaux : en Europe principalement, mais aussi en Asie, aux Etats-Unis, au Canada, en Amérique Latine - comme projectionniste-son, pour ses œuvres électroacoustiques, et avec les solistes interprètes directement associés à ses compositions : Fatima Miranda (vocaliste), Yumi Nara (soprano), Michael Ranta (percussionniste), Junko Ueda (chanteuse de Shômyô et joueuse de Satsuma-Biwa), Kôshin Ebihara et Kôjun Arai (moines Bouddhistes chanteurs), Mayumi Miyata (joueuse de Shô), etc...

« ... Compositeur solitaire ayant réussi une des synthèses les plus significatives dans la musique du XXe siècle (électronique et acoustique, mais encore traditions non-européennes et tradition occidentale), Jean-Claude Eloy pose et résout dans ses œuvres de façon convaincante un des problèmes essentiels de notre temps : la relation à l'autre, à l'étranger, au différent, non pas en tant qu'objet de curiosité, d'admiration ou de soumission, mais en tant que source vitalisante de l'inspiration créatrice » (Dr. Ivanka Stoïanova : « The New Grove Dictionary of Music », 1998)


Source : site du compositeur



Jean-Claude Eloy is a French composer, born in 1938. He studied at the Paris National Superior Conservatory of Music, where he won First Prizes in Piano, Chamber Music, Counterpoint, Ondes Martenot, and studied composition with Darius Milhaud. He attended summer courses at Darmstadt (Pousseur, Scherchen, Messiaen, Boulez, Stockhausen) and was a student in composition in Pierre Boulez’ master class at the Music Academy in Basel (1961-1963).
Works by Jean-Claude Eloy have been performed all over the world. They have been conducted by Pierre Boulez, Ernest Bour, Michael Gielen, Bruno Maderna, Diego Masson, Michel Tabachnik, Arthur Weisberg and others ... He has lived in the United States (professor at the University of California, Berkeley, in the sixties), Germany (invited by the WDR studios in Cologne, the Technische Universität in Berlin, guest artist at the Berliner Künstlerprogramm), Holland, Japan (where he collaborated with NHK and the National Theater of Japan, among other activities). He participates regularly in numerous international festivals, principally in Europe, but also in Asia, the United States, Canada and Latin America as sound-projectionist for his electro-acoustic works and with the soloists closely associated with his compositions : Fatima Miranda (vocalist), Yumi Nara (soprano), Michael Ranta (percussionist), Junko Ueda (Shômyô singer and Satsuma-Biwa player), Kôshin Ebihara and Kôjun Arai (Buddhist monk singers), Mayumi Miyata (Shô player), etc...
“ ... A solitary composer who has managed one of the most significant syntheses of 20th century music (between electronic and acoustic music, but also between Western and non-European traditions), Eloy tackles and convincingly solves an essential problem of our time : the relationship to the other, to the stranger, to what is different, not so much as an object of curiosity, admiration or submission, but as a vitalizing source of creative inspiration”. (In “The New Grove Dictionary of Music”, 1998, Dr. Ivanka Stoïanova, translated by Meredith Escudier)


Source : composer's website





Lire la biographie de Jean-Claude Eloy par Ivanka Stoïanova (sur le site du compositeur)

Lire le texte de présentation des œuvres de Jean-Claude Eloy par Ivanka Stoïanova (sur le site du compositeur)





Marqué dans sa jeunesse par la découverte de Debussy, de Messiaen, du Marteau sans Maître de Boulez, il entra à douze ans au Conservatoire de Paris et y obtint de 1957 à 1960 les premiers prix de piano, de musique de chambre, d'ondes Martenot et de contrepoint. Il suivit également de 1957 à 1960 les cours de Henri Pousseur et de Hermann Scherchen à Darmstadt et de 1961 à 1963 ceux de Pierre Boulez à Bâle. En 1961, Chants pour une ombre pour soprano et 9 instruments lui valut un second prix de composition dans la classe de Darius Milhaud. De cette première phase créatrice marquée par le sérialisme et par l'influence de Boulez ­mais aussi par celle de Varèse, rencontré aux États-Unis en 1964, relèvent Étude III pour orchestre (1962) et surtout Équivalences pour 18 instrumentistes (1963). C'est moins vrai déjà de Poly-Chronies I et II pour orchestre à vent, 6 percussions et harpe (1964). En 1966, Eloy écrivit la musique du film la Religieuse de Jacques Rivette, dont il tira l'année suivante Macles pour 6 groupes d'instruments. En 1968 suivit celle de l'Amour fou, de Rivette également. Ce film dure quatre heures, et là se manifesta nettement, pour la première fois, l'attrait exercé sur le compositeur (qui dès 1960 avait visité l'Égypte) par l'Orient.

Deux années passées comme professeur d'analyse à Berkeley (1966-1968) lui firent prendre pleinement conscience de l'influence de certaines musiques de l'Orient et de l'Asie sur sa propre évolution. Faisceaux-Diffractions pour 28 instrumentistes (1970), commande de la Library of Congress, fut le reflet de cette rupture avec le sérialisme : dans cette musique violente, où les instrumentistes sont divisés en trois « orchestres », la notion de temps joue un rôle essentiel. « Après les rigueurs de Darmstadt, la musique indienne, où prime la naissance du son, la vie intrinsèque du son dans sa beauté sensuelle, avec mille détails à l'intérieur de ce son, me fascinait » (Eloy).

Mais c'est surtout dans Kâmakalâ pour trois groupes d'orchestre, trois chefs et cinq chœurs de douze voix mixtes (1971) que se manifesta ce qui, de plus en plus, avait constitué un pôle opposé à ses conceptions de départ : l'Orient. Là fut tentée la synthèse ­ jugée par lui indispensable et inévitable ­ de l'Orient et de l'Occident. Eloy rejette à ce propos le mot « intégration » (de l'Orient par l'Occident), et préfère celui d'« hybridation », opposant par exemple la musique néosérielle et postsérielle « fondée sur l'utilisation du discontinu dans tous les plans » au « sens très fort de la continuité des événements sonores » des Orientaux. Invité par Stockhausen au Studio de musique électronique de la radio de Cologne, Eloy lui dédia l'œuvre qu'il y réalisa en 1972-73 : Shânti (« paix » en sanscrit), musique de méditation pour sons électroniques et concrets, créée à Royan en 1974 et considérée comme un élargissement de cette démarche. Cette œuvre longue (deux heures et demie) expérimenta de nouveaux rapports entre le timbre et le temps. Au Studio électronique de la N. H. K. à Tokyo fut réalisée une nouvelle œuvre de vastes dimensions, Gaku-No-Michi (« les Voies de la musique »), film sans images pour sons électroniques et concrets (1977-78) s'écartant de toute évocation d'événements ou d'émotions et tendant à faire sentir la réalité de l'infini.

À propos de Fluctuante-Immuable pour orchestre (1977), commande de l'Orchestre de Paris, le compositeur évoqua « l'immobilité sous-jacente et permanente d'un discours toujours varié et renouvelé en dehors de toute connotation philosophique ou extramusicale ». En effet, Eloy ne cherche nullement à intégrer une quelconque théorie « orientale » à un langage européen, mais bien plutôt à enrichir la tradition d'Occident par une perception neuve des choses et du temps, précisant avoir trouvé dans la musique orientale une sorte d'improvisation transcendée qui, fait remarquable, repose sur « une base toujours perceptible sur laquelle se développe l'esprit de la variation ». Sa démarche de compositeur, il n'est pas inutile de le préciser, ne fait appel ni à l'improvisation ni au hasard, et sa musique est entièrement « écrite ». Yo-In (« Réverbérations »), musique pour un rituel imaginaire avec bande magnétique, un percussionniste, un modulateur et des jeux de lumière (1979), fut créé au S. I. G. M. A. de Bordeaux en 1980. En 1980 fut réalisée sur l'U. P. I. C. de Yannis Xenakis Étude IV, œuvre sous-titrée « Points-Lignes-Paysages ». Ont suivi notamment À l'approche du feu méditant…, cérémonie bouddhique (1983), Sappho Hikétis pour 2 voix de femme et bande (1989), Rosa, Sonja… d'après Rosa Luxemburg (1991).

Personnalité ouverte à des activités fort diverses (il a été pendant un an directeur de la musique au Festival d'Automne de Paris et a publié de nombreux articles) ainsi qu'aux autres arts, Eloy a reçu de la S. A. C. E. M. le grand prix de la musique de chambre en 1971 et le prix de la promotion de la musique symphonique en 1980. Il a reçu en outre le Prix national de la musique en 1981.


Source : Cet article est extrait de l'ouvrage Larousse « Dictionnaire de la musique ».






compléments biographiques(Edit)


Interview Jean-Claude Eloy
— Émission Atelier du Son France Culture, avril 2013 — (de 10'00 à 32'20)





Source : France Culture


Interview Jean-Claude Eloy
— par Kasper T. Toeplitz, avril 2014
avec des extraits audio


[Lire l'interview]


Source : Présent Continu


Entretien avec Jean-Claude Eloy / Interview with Jean-Claude Eloy
— par/by Reinhold Friedl, 7 mars 2012
(in German and French)


[Écouter l'interview /Listen to the interview]


Source : YouTube / WDR3






sites / references(Edit)


Les sites suivants correspondant aux publications de Jean-Claude Eloy complètent la documentation développée dans cette étude.










documents (par ordre chronologique)(Edit)






1954-1962(Edit)



  • 1954 — Le bois amical pour voix de soprano et piano, 2min50s - Poème de Paul Valéry - [Partition inédite]
  • 1954 — Féerie pour voix de soprano et piano, 4min30s - Poème de Paul Valéry - [Partition inédite]
  • 1954 — Nocturne pour piano, 9min - [Partition inédite]
  • 1955 — Chant de vitrail pour chœur mixte et orchestre, 10min - [Partition inédite]
  • 1955 — Vitrail multicolore pour piano, 1min15s - [Partition inédite]
  • 1957 — Sur la nappe d'un étang glacé pour voix de soprano, vibraphone et marimba, 7min - [Partition inédite]
  • 1959 — Claire comme le jour pour voix de soprano et piano, 25min - Cycle de poèmes de Claude Roy - [Partition inédite]
  • 1959 — Deux poèmes pour voix de soprano et piano, 10min - Poèmes de Jacques Prévert et de Robert Desnos - [Partition inédite]
  • 1959 — Encore une aube pour voix de soprano et piano, 5min - Poème de Jean-Claude Eloy - [Partition inédite]
  • 1959 — L’herbe du songe pour voix et piano, 13min50s - Poèmes de Yvan Goll - [Partition inédite]
  • 1959 — Pièce pour piano, 8min - [Partition inédite]
  • 1959 — Robaïa n°104 de Omar Kahyyam pour voix de soprano et ondes Martenot, 6min - [Partition inédite]
  • 1960 — Cantate de chambre pour voix de soprano, deux ondes Martenot, piano, harpe, vibraphone, marimba et trois percussions, 19min - Poèmes de Jean-Claude Eloy - [Partition inédite]
  • 1960 — Cinq poèmes de Saigyo pour voix de soprano et piano, 9min30s - Voix de Soprano ; Lise Arseguet, Piano ; Jean-Claude Eloy (d'après enregistrement privé 33 tours, 1960) - [Partition inédite]
  • 1960 — Interactions pour voix de soprano, deux vibraphones et percussion, Durée variable, approximativement 10min - D’après « La cueilleuse de jasmins », poème de Paul Éluard - [Partition inédite]
  • 1960 — Parenthèses, cinq petites pièces pédagogiques pour piano, 8min - [Partition inédite]
  • 1960 — Stèle pour Omar Khayyam pour voix de soprano, piano, harpe et percussion, 20min - Sur quatre Robaïa de Omar Khayyam - Voix ; Jacqueline Henri, Harpe ; Marielle Nordmann, Piano ; Jean-Claude Eloy, Percussions, Direction ; Michel Fusté-Lambézat (d'après enregistrement privé 33 tours, 1960) - [Partition inédite]
  • 1960 — Trois pièces pour piano, 13min - Création : 1961 – Jean-Claude Eloy. France, Paris, École normale supérieure des arts décoratifs, concert de l’Association corporative des étudiants du CNSMDP - [Partition inédite]
  • 1961 — Chants pour une ombre I et II, pour voix de soprano et huit instrumentistes, 25min - Poèmes de Jean-Claude Eloy - Création (sous le titre « Le Phénix », d’après Paul Eluard) : 1961 – Jeanne Héricard, Jean-Claude Éloy, Karel Trow, Marie-Laure de Brie, Jean-Claude Reynaud, Boris de Vinogradov, J. Canet, Yves Lestang, Michel Calls, Paul Méfano, direction Gilbert Amy. France, Paris, Concours de composition du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris, 1961 - Ensemble de solistes, Voix de Soprano ; Jeanne Héricard, Ondes Martenot ; Jeanne Loriod, Piano ; Jean-Claude Eloy (enregistrement de la RTF 1962 / d'après copie retouchée) - [Partition inédite]
  • 1961 — Mobile pour flûte seule, 8min - [Partition inédite]
  • 1961 — Pièce pour piano (prélude au "Phoenix ») [Introduction aux Chants pour une ombre], 7mn - Piano, Jean-Claude Eloy (d'après enregistrement privé 33 tours, 1961) - [Partition inédite]
  • 1961 — Vitre d'oubli pour voix de soprano et six voix de femmes, 8min - [Partition inédite]
  • 1962 — Études I et II pour flûte, violoncelle et harpe, 21min - [Partition inédite]
  • 1962 — Étude III pour orchestre, 18min52s - Création : 12/12/1962 – Orchestre symphonique du Südwestfunk de Baden-Baden, direction Ernest Bour. France, Paris, Théâtre de l'Odéon, concerts du Domaine musical









1962(Edit)


(à propos de Étude III)
Décrit par Ivanka Stoïanova
1988


......................

- Abstract : [...] Les réactions des deux professeurs de composition d'Eloy (Darius Milhaud et Pierre Boulez) devant la partition de "Etude III" (1962, pour orchestre classique double - comme en principe chez Beethoven, mais avec cinq percussionnistes) sont en quelque sorte prémonitoires : "vous faites des Shô's !" (orgues à bouche de la musique de Gagaku), s'exclame Milhaud ; "c'est comme la trame continue des Shô's", lui dit Boulez ; faisant tous deux allusion aux textures continues complexes à ornementations internes très fines des cordes, brusquement coupées par les interventions des vents ; leurs grandes tenues en crescendo se modifiant harmoniquement, tout en formant une sorte de continuo timbral multicolore. [...] — (Ivanka Stoïanova, A la recherche du feu méditant, 1988) — [lire la suite / continue reading]

- Télécharger / Download (jpg) :
- URL(s) (pdf) :
- Source : http://www.eloyjeanclaude.com/FeuMeditantIvanka.html










POLYCHRONIES(Edit)


(pour vingt-trois instruments, 25mn) (1964)
Création : 17/10/1964 – Jacques Castagner, Fabienne Boury, Francis Pierre, Groupe instrumental à percussions de Strasbourg (Bernard Balet, Jean Batigne, Gabriel Bouchet, Jean-Paul Finkbeiner, Georges van Gucht, Claude Ricou), direction Pierre Boulez. Allemagne, Donaueschingen, Donaueschinger Musiktage.






1964(Edit)


(à propos des Polychronies)
Marcel Schneider
in Combat, 18 dec. 1964


......................1964 Combat

- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)
- Abstract : Le plus doué : J.-C. Eloy — Ce disciple de Pierre Boulez est le plus doué de nos jeunes musiciens. [...] M. Eloy mêle ingénieusement les plus récentes techniques de l'Occident avec certains procédés empruntés à l'Extrême-Orient. Il a le sens de la sonorité exquise, raffinée, des heureuses associations de timbres; il a de l'élégance et de la séduction; il a un accent personnel, une manière de dire, de voir et de sentir qui lui est propre et qu'il sait traduire par des moyens sonores... — [lire la suite / continue reading]

- Télécharger / Download (jpg) : ../files/articles/eloy/1964_eloy_7_b.jpg image 1
- Télécharger / Download (pdf) : http://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1964_ELOY_7.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- URL(s) (pdf) : http://www.centre-iannis-xenakis.org/files/original/6e56eed169281023cc74c15669e233dc.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- Source : http://www.centre-iannis-xenakis.org/items/show/308


- Annexes :
— [Documentation : article, "A Week of Premières. And Experimental Music", dans New York Herald Tribune, 20 dec. 1964 (Jan Maguire)] http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
— [Documentation : article dans Le Monde, 22 dec. 1964 (Robert Siohan)] http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
— [Documentation : article dans Arts, 23 dec. 1964] http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
— [Documentation : article dans ?, 1964 (Claude Samuel)] http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg










1964(Edit)


Un jeune compositeur nous dit
?
in La Tribune de Lausanne, 20 dec. 1964


......................1964 La Tribune de Lausanne

- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)
- Abstract : "Je l'ai appelée Polychronies parce qu'elle est faite de différentes couches de temps qui se superposent. J'ai essayé d'y approcher une notion, nouvelle pour moi, qui est celle de la lenteur, lenteur que m'ont suggérée aussi bien les musiques orientales que les films d'Antonioni. La lenteur dépayse, transforme notre sensation de la durée autant que la vitesse, sinon plus. [...] C'est tout un problème pour notre génération que de ne pas devenir l'épigone de Boulez. Boulez nous a donné une syntaxe. Á nous de trouver notre rhétorique. J'ai tiré beaucoup de profit d'une séance d'étude de trois jours, à Bâle encore, où Stockhausen remplaça Boulez, empêché. Stockhausen, à la différence de Boulez qui analyse les détails, qui fait prendre un élément et l'étudier sous tous ses aspects, va à la structure générale tout de suite. Cela m'a marqué, paraît-il, et Stockhausen aurait reconnu son influence dans ma pièce Equivalences. [...] En étudiant la lenteur, il me semble que j'ai découvert quelque chose qui est en moi" (Jean-Claude Eloy) — [lire la suite / continue reading]

- Télécharger / Download (jpg) : ../files/articles/eloy/1964_eloy_4_b.jpg image 1
- Télécharger / Download (pdf) : http://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1964_ELOY_4.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- URL(s) (pdf) : http://www.centre-iannis-xenakis.org/files/original/f48a4a3c04408a7abedc5cb236908c1b.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- Source : http://www.centre-iannis-xenakis.org/items/show/304










1964(Edit)


(à propos des Polychronies)
Clarendon (Bernard Gavoty)
in Le Figaro, 22 dec. 1964


......................1964 Le Figaro

- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)
- Abstract : Poly-chronies de Jean-Claude Eloy, n'est pas un ouvrage désagréable, tant s'en faut. Au fait, l'auteur produit un univers raffiné: frôlements, chocs cristallins, combinaisons de timbres rares, silences rompus par des tintements extrême-orientaux : on se croirait chez Madame Chrysanthème. Cet univers, l'auteur s'y installe, mais il n'en fait rien, il ne l'anime pas, au sens étymologique du terme : pas de force créatrice — un éparpillement de sensations; pas de statue, ni de monument — un monceau de miettes versicolores, agréables et vaines. — [lire la suite / continue reading]

- Télécharger / Download (jpg) : ../files/articles/eloy/1964_eloy_0_b.jpg image 1
- Télécharger / Download (pdf) : http://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1964_ELOY_0.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- URL(s) (pdf) : http://www.centre-iannis-xenakis.org/files/original/6ee78d0db0375ff03e9eacf6968b8e8d.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- Source : http://www.centre-iannis-xenakis.org/items/show/300









1964(Edit)


(à propos des Polychronies)
Maurice Fleuret
in Le Nouvel Observateur n° 6, p. 34, 24 dec. 1964


......................1964 Le Nouvel Observateur

- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)
- Abstract : Ce qui frappe dans les "Polychronies pour orchestre à vent, piano, harpe et six percussionnistes" de Jean-Claude Eloy [...] c'est la facilité avec laquelle elles parlent un langage qui, hier encore, ne pouvait s'emblayer qu' "au prix d'un certain nombre de gestes négatifs" (Boulez)... — [lire la suite / continue reading]

- Télécharger / Download (jpg) : ../files/articles/eloy/1964_eloy_1_b.jpg image 1
- Télécharger / Download (pdf) : http://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1964_ELOY_1.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- URL(s) (pdf) : http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS0006_19641224/OBS0006_19641224_034.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpghttp://www.centre-iannis-xenakis.org/files/original/9461740d781eb6e38d12e6c19aa561c0.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg









1964(Edit)


(à propos des Polychronies)
?
in Les Lettres Françaises, 24 dec. 1964


......................1964 Les Lettres Françaises

- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)
- Abstract : Peu de choses à dire des Poly-chronies, de Jean-Claude Eloy — dont j'ai préféré de beaucoup les œuvres précédentes — [lire la suite / continue reading]

- Télécharger / Download (jpg) : ../files/articles/eloy/1964_eloy_3_b.jpg image 1
- Télécharger / Download (pdf) : http://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1964_ELOY_3.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- URL(s) (pdf) : http://www.centre-iannis-xenakis.org/files/original/6aee47dfb97d8f333cd15dc6fcbf2cbf.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- Source : http://www.centre-iannis-xenakis.org/items/show/301









1964(Edit)


(à propos des Polychronies)
Nicole Hirsch
in L'Express, 28 dec. 1964


......................1964 L'Express

- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)
- Abstract : Jean-Claude Eloy, l'un des plus doués des jeunes compositeurs français — il a vingt-six ans — demeure encore assez académique dans ses "Polychronies", un peu sage aussi peut-être. Mais il a le sens rare de l'association des instruments et aussi un sens de l'écoulement du temps, de sa molle lenteur qui lui vient, dit-il, à la fois des musiques de l'Orient et des films d'Antonioni — [lire la suite / continue reading]

- Télécharger / Download (jpg) : ../files/articles/eloy/1964_eloy_5_b.jpg image 1
- Télécharger / Download (pdf) : http://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1964_ELOY_5.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- URL(s) (pdf) : http://www.centre-iannis-xenakis.org/files/original/347f2cdb5966571771e496e8b0d427db.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
http://www.centre-iannis-xenakis.org/files/original/10d81bdafd76cfbf1b95212b8ada8f45.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- Source : http://www.centre-iannis-xenakis.org/items/show/305









1964(Edit)


Maturité de Jean-Claude Eloy - (à propos des Polychronies)
Claude Rostand
in Le Figaro Littéraire, 31 dec. 1964


......................1964 Les Lettres Françaises

- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)
- Abstract : Voici une œuvre dans laquelle l'auteur ne se contente pas de tenir les belles promesses de ses débuts, mais où se marque aussi un très net pas en avant dans l'évolution d'une carrière encore courte, éclatante de dons, et qui a très vite échappé aux formules épigonales actuellement si fréquentes en la matière, notamment aux post-boulezismes qui sévissent un peu partout. Cette nouvelle composition de Jean-Claude Eloy, qui résulte d'une commande du docteur Strobel pour le festival de Donaueschingen, témoigne d'une personnalité encore accrue et mieux dégagée.
Avec ces Poly-chronies, nous ne sommes certes pas dans le figuratif, en dépit des sous-titres que l'auteur donne à ces deux pièces ("Silence du lac des étoiles" et "Vitres d'aurore"). Mais nous ne sommes pas complètement dans l'abstrait non plus : ces sous-titres, qui semblent se souvenir à la fois d'Eluard et de Messaien, indiquent que le compositeur entend traduire ici une sensibilité extra-musicale, ce que viennent confirmer les commentaires dans lesquels, présentant son œuvre, il parle de "couleur instrumentale" pour le premier morceau et des "phénomènes de transparence" recherchés dans "les strates de timbres" qui se superposent dans le second. L'auditif tend ici au visuel, tendance qui n'est pas ebsolument nouvelle dans la jeune école : déjà des compositeurs comme Boulez, Nono, Stockhausen ou Berio ont cherché à donner à la musique des dimensions spatiales et à y introduire des notions de volumes, voire de volumes en mouvement — [lire la suite / continue reading]

- Télécharger / Download (jpg) : ../files/articles/eloy/1964_eloy_6_b.jpg image 1
- Télécharger / Download (pdf) : http://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1964_ELOY_6.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- URL(s) (pdf) : http://www.centre-iannis-xenakis.org/files/original/94cb2281f406e19dd6a9048ba8b0e9bb.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- Source : http://www.centre-iannis-xenakis.org/items/show/307









1964(Edit)


Le Compositeur de l'Année
Maurice Fleuret
in Le Nouvel Observateur n° 7, p. 25, 31 dec. 1964


......................1964 Le Nouvel Observateur

- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)
- Abstract : Pour lui, Boulez c'est déjà le passé. J.-C. Eloy n'a que vingt-six ans, il est allé très vite de son Rouen natal au Conservatoire de Paris (classe de Darius Milhaud) puis à l'académie de Bâle (classe de Pierre Boulez). Depuis quelques années, on aperçoit sa silhouette fine et timide à Darmstadt, à Donaueschingen, dans les couloirs de l'Odéon, on lit sa signature au bas des notices de programme du Domaine musical, on trouve ses œuvres en partitions de poche chez Heugel... — [lire la suite / continue reading]

- Télécharger / Download (jpg) : ../files/articles/eloy/1964_eloy_2_b.jpg image 1
- Télécharger / Download (pdf) : http://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1964_ELOY_2.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- URL(s) (pdf) : http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS0007_19641231/OBS0007_19641231_025.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg









1964(Edit)


(à propos des Polychronies)
Jean Durbin
in La Croix, 7 janv 1965


......................1964 Le Figaro

- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)
- Abstract : Polychromies (sic), de J.-C. Eloy, est une étude de sonorités en deux parties, où la part faite aux effets d'atmosphère est capitale. Il s'agit de longues tenues instrumentales, avec variations de couleurs, sorte de grandes plages sonores changeantes, sur lesquelles viennent se déposer des concrétions diverses et raffinées, à base de percussions. L'effet n'est peut-être pas nouveau, et la continuité dans la lenteur, monnaie courante dans ce genre de recherches, engendre fatalement une certaine monotonie. — [lire la suite / continue reading]

- Télécharger / Download (jpg) : ../files/articles/eloy/1965_eloy_0_b.jpg image 1
- Télécharger / Download (pdf) : http://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1965_ELOY_0.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- URL(s) (pdf) : http://www.centre-iannis-xenakis.org/files/original/a91f1716090d945df2525ab49bbc1ce7.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- Source : http://www.centre-iannis-xenakis.org/items/show/309











EQUIVALENCES(Edit)


(pour dix-huit instruments, 10mn) (1963)
Création de la première version : 20/07/1963 – Krämtchtelner Kammer Ensemble, direction Pierre Boulez. Allemagne, Darmstadt, festival des Internationale Ferienkurse für Neue Musik, Ensemble international Kranichsteiner
Création de la deuxième version : 20/10/1963 – Membres du Südwestfunk de Baden-Baden, direction Pierre Boulez. Allemagne, Donaueschingen, Donaueschinger Musiktage
Création de la version définitive : 03/06/1964 – Orchestre Radio-Symphonique du Danemark, Groupe instrumental à percussion de Strasbourg, direction Francis Travis. Danemark, Copenhague, Festival international de la SIMC (Société internationale de musique contemporaine)






1964(Edit)


Discographie


1964 LP ADES 15.005 1964 LP ADES 15.005 1964 LP ADES 15.005

Disque ADES 15.005 France 1964 - Direction – Pierre Boulez, Orchestre Du Domaine Musical, Les Percussions De Strasbourg.

- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)



1967 LP EVEREST 3170 US 1967 LP EVEREST 3170 US 1967 LP EVEREST 3170 US 1967 LP EVEREST 3170 US

Disque EVEREST 3170 USA 1967 — Equivalences, for 18 instruments — Conductor – Pierre Boulez, The Domaine Musical Ensemble, Strasbourg Percussion Group.

Jean-Claude Eloy was born in Rouen in 1938. He studied composition in Paris with Darius Milhaud and from 1962 with Pierre Boulez at the Académie de Musique de Basle (sic; Basel). Currently he us on the staff of the University of Berkely in California.
The title Equivalences refers to numerous aspects of the piece and should be interpreted in the sense of an equilibrium between contrasting forces. In the simplest terms, there is the deployment of musical instruments : A triple symmetry in an arc formed by 6 percussionists, 3 groups of winds and piano-celesta with harp. On a higher plane, we may regard it as a depiction of the contrasting elements that make up the work : density, zero to maximum; registers : fixed to mobile; coordination : absolute to relative, etc. The whole form itself reflects these oppositions, this dialectic play, whence derives a contrasting sonority, an extension of the dynamic field.
Certain structures are variable from one performance to another, utilizing modifiable intensities that affect mainly the duration of the percussion instruments’ resonances. To illustrate : a contrast is created between wind instruments producing long held sounds on the one hand and on the opposite side are percussion instruments, piano, harp, etc. producing sounds of rapid growth and decay. Bit by bit, these sounds are drawn closer until they are confronted. The movement continues, until the sounds are at their initial state, but on opposite sides : the winds producing « pointed » sounds, while the percussion instruments trills, etc., produce long held sounds. Henri Pousseur described this development as an « arc of duration ».
Equivalences had its premiere performance at the Darmstadt Festival in July 1963 under the direction of Pierre Boulez. — (Jean-Claude Eloy, adapted from the French by Giveon Cornfield)



1968 LP EVEREST TRANSATLANTIC REC 3170 UK 1968 LP EVEREST TRANSATLANTIC REC 3170 UK 1968 LP EVEREST TRANSATLANTIC REC 3170 UK 1968 LP EVEREST TRANSATLANTIC REC 3170 UK

Disque LP EVEREST TRANSATLANTIC REC 3170 UK 1968 — Equivalences, for 18 instruments — Conductor – Pierre Boulez, The Domaine Musical Ensemble, Strasbourg Percussion Group.



1964 LP ADES 16.001 1964 LP ADES 16.001

Disque ADES 16.001 France ? - Direction – Pierre Boulez, Orchestre Du Domaine Musical, Les Percussions De Strasbourg.



1964 LP ADES 17.004 1964 LP ADES 17.004
1964 LP ADES 17.004 1964 LP ADES 17.004

Disque ADES 17.004 France ? - Direction – Pierre Boulez, Orchestre Du Domaine Musical, Les Percussions De Strasbourg.



1964 LP Columbia Japan 1964 LP Columbia Japan 1964 LP Columbia Japan

Disque Columbia / Everest OS-2372-EV Japan 1970, The Prospect of Contemporary Music nr4 - Conductor – Pierre Boulez, Domaine Musicale (sic), Strassbourg (sic) Percussion Ensemble, Yvonne Loriod piano.



1964 LP ADES 14.022 1964 LP ADES 14.022

Disque ADES 14.022 France 1983 - Direction – Pierre Boulez, Orchestre Du Domaine Musical, Les Percussions De Strasbourg.




— [Documentation : Discographie (site du compositeur)]









1965(Edit)


Equivalences (1963)
in Le Nouvel Observateur n° 21, p. 30, 8 avr. 1965


......................1965 Le Nouvel Observateur

- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)
- Abstract : (Annonce du programme du Festival de Royan, du 9 au 14 avril 1965...) — [lire la suite / continue reading]

- Télécharger / Download (jpg) : ../files/articles/eloy/1965_eloy_1_b.jpg image 1
- Télécharger / Download (pdf) : http://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1965_ELOY_1.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- URL(s) (pdf) : http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS0021_19650408/OBS0021_19650408_030.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg


- Annexes :
— [Documentation : 1964-1977 le Festival International d'Art Contemporain de Royan]
— [Documentation : Dans le cadre du festival de Royan dédié à l'art contemporain, l'Ensemble des Percussions de Strasbourg répète une œuvre de Jean-Claude Eloy "Equivalences" sous la direction de Bruno Maderna. (avril 1965)]
— [The Structural Function of Wind Role Transformations in Equivalences by J. C. Eloy, - John Felder - 1981-82 (ex tempore - A Journal of Compositional and Theoretical Research in Music)]
— [Equivalences : partitions, extraits musicaux, (ex tempore - A Journal of Compositional and Theoretical Research in Music)]



VIDEO         


Dans le cadre du festival de Royan dédié à l'art contemporain, l'Ensemble des Percussions de Strasbourg répète
une œuvre de Jean-Claude Eloy "Equivalences" sous la direction de Bruno Maderna. - avril 1965 — (source INA)




SCORES


......................1963 Equivalences - Section II nr19
• 1963 Equivalences - Section II nr19
1963 Equivalences - Section I nr3
• 1963 Equivalences - Section I nr3
1963 Equivalences - Section III
• 1963 Equivalences - Section III
- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)
1963 Equivalences - Section IV nr61-62
• 1963 Equivalences - Section IV nr61-62
1963 Equivalences - Section IV - final
• 1963 Equivalences - Section IV - final
1963 Equivalences - Section V - final
• 1963 Equivalences - Section IV - final

1963 Equivalences - Section VI - final
1963 Equivalences - Section VI - final
• 1963 Equivalences - Section VI - final
Voir aussi : [Equivalences : partitions, extraits musicaux, (ex tempore - A Journal of Compositional and Theoretical Research in Music)]
Voir aussi [ http://www.eloyjeanclaude.net/EquivalencesScore.html ]









1965(Edit)


Pas Comme les Autres
Maurice Fleuret
in Le Nouvel Observateur n° 22, p. 26, 15 avr. 1965


......................1965 Le Nouvel Observateur

- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)
- Abstract : A l'heure, où, lâchés par l'Etat, tous les festivals français se préoccupent de rentabilité et sont donc plus ou moins tentés par la complaisance, Royan choisit la difficulté. Il n'existait pas jusqu'alors chez nous de festival exclusivement consacré à l'art contemporain et moins encore qui ait osé mettre l'accent sur la jeune musique. Il fallait aller à Donaueschingen, à Darmstadt, à Venise, à Varsovie ou à Palerme... Le « voyage artistique » à Royan s'impose désormais à tous ceux qui veulent vivre au diapason musical de leur temps. — [lire la suite / continue reading]

- Télécharger / Download (jpg) : ../files/articles/eloy/1965_eloy_2_b.jpg image 1
- Télécharger / Download (pdf) : http://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1965_ELOY_2.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- URL(s) (pdf) : http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS0022_19650415/OBS0022_19650415_026.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg



AUDIO         

Jean-Claude Eloy - Equivalences (1963), pour dix-huit instruments, créée à Darmstadt en juillet 1963, sous la direction de Pierre Boulez.
Commande de Pierre Boulez pour le Festival de Darmstadt 1963.
— (source YouTube) — (informations, compléments, site du compositeur J.-C. Eloy)



Equivalences, 1963, partition, page 10   Equivalences, 1963, partition, page 26
— (Equivalences, extrait partition, courtesy le compositeur J.-C. Eloy)









1965(Edit)


Prélude Lugubre
Maurice Fleuret
in Le Nouvel Observateur n° 46, pp. 34-35, 29 sept. 1965


......................1965 Le Nouvel Observateur

- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)
- Abstract : Quand on revient de l'étranger, on a vraiment l'impression que notre pays est le parent pauvre de l'Europe en matière de création musicale. — [lire la suite / continue reading]

- Télécharger / Download (jpg) : ../files/articles/eloy/1965_eloy_3_b.jpg image 1
- Télécharger / Download (pdf) : http://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1965_ELOY_3a.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpghttp://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1965_ELOY_3b.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- URL(s) (pdf) : http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS0046_19650929/OBS0046_19650929_034.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS0046_19650929/OBS0046_19650929_035.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg











J'ACCUSE(Edit)

(1965)






1965(Edit)


J'Accuse
Jean-Claude Eloy
in Le Nouvel Observateur n° 57, pp. 40-41, 15 dec. 1965


......................1965 Le Nouvel Observateur

- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)
- Abstract : Créateur à la forte personnalité, homme de gauche « engagé » depuis toujours, musicien de combat, Jean-Claude Eloy était appelé à jouer un rôle de premier plan dans la vie musicale de notre pays. Mais après avoir refusé plusieurs commandes officielles, il a décidé, comme d'autres musiciens de valeur, de quitter la France. C'est « le Nouvel Observateur » qu'il a choisi pour s'expliquer.

Vous l'avez entendu : « ...Depuis le jour où Berlioz a conduit, dans le vent d'hiver, avec ses grands cheveux au vent, la symphonie funèbre et triomphale devant le cercueil de Napoléon, on n'avait jamais commandé quelque chose pour la nation à un musicien de génie. On l'a tout de même fait cette année. Ce n'est pas, mesdames, messieurs, une défense ; c'est une excuse. » Voilà ce qu'André Malraux trouve à dire à qui lui reproche son absence de politique musicale. Ce n'est pas une excuse, c'est une provocation. Au lieu de favoriser, de développer, de structurer des réseaux de diffusion pour la musique actuelle, on essaie de dissimuler les incapacités officielles derrière les feux d'une cérémonie folklorique à la Sainte-Chapelle et d'un culte pharaonique à Chartres. Pendant qu'on se' congratule, qu'on s'entre-félicite, qu'on se pompidouse dans les sacristies, pendant que Messiaen appelle à voter de Gaulle, combien d'artistes crèvent de faim.., et désertent!
[...] Et j'accuse. ,Pêle-mêle : le mépris - qu'un ministère chargé « des affaires culturelles » manifeste envers les artistes en général et les musiciens en particulier ; l'incohérence d'une radio d'État qui devrait avoir à tâche de défendre et d'illustrer les forces vives de la jeune musique et qui, depuis des années, n'en fait rien, même après l'installation de jeunes autorités dont on était en droit d'attendre beaucoup; les féodalités sociales (politiques, religieuses, familiales) qui règnent sans partage sur la vie musicale parisienne comme aux plus beaux jours des « salons » ; un Conservatoire où les jeunes vivent en marge de l'Université, dans le plus total isolement, à la merci, de ce fait, de l'académisme toujours bien vivant, de toutes les influences tardigrades, de toutes les intrigues de cour.
Comment, dans ces conditions, un jeune compositeur peut-il vivre à Paris sans perdre le plus clair, de son temps à d'inutiles recherches, à d'inutiles fréquentations, à d'inutiles mondanités, sans se renier, sans se compromettre? Comment ne serait-il pas tenté, comme les meilleurs de ses aînés, d'aller respirer ailleurs un air moins vicié ? Comment ne rechercherait-il pas un lieu plus propice au silence dont il a besoin, un terrain plus favorable à son action ?
Je viens de recevoir une invitation à enseigner l'analyse et la composition à l'université de Berkeley. J'accepte. Je pars sans regret pour la Californie. J'y attendrai des jours meilleurs. — [lire la suite / continue reading]

- Télécharger / Download (jpg) : ../files/articles/eloy/1965_eloy_4_b.jpg image 1
- Télécharger / Download (pdf) : http://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1965_ELOY_4a.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpghttp://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1965_ELOY_4b.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- URL(s) (pdf) : http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS0057_19651215/OBS0057_19651215_040.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS0057_19651215/OBS0057_19651215_041.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg


- Annexes :
— [Documentation : J'Accuse d'Émile Zola, 13 janv 1898]
— [Documentation : J'Accuse d'Émile Zola, 13 janv 1898, texte intégral]










1965(Edit)


La Chute de Paris
Maurice Fleuret
in Le Nouvel Observateur n° 59, p. 28, 29 dec. 1965


......................1965 Le Nouvel Observateur

- Fac-Similés :
(cliquer les images pour les agrandir / click to enlarge)
- Abstract : Aujourd'hui, il faut bien admettre qu'on laisse partir tous nos compositeurs de valeur (voir la déclaration de J.-C. Eloy, que nous avons publiée il y a quinze jours) et que, pour des raisons historiques cette fois, l'ère des grands créateurs solitaires est passée. Ceux qui restent, les Henry, les Xenakis et bien d'autres, n'ont que plus de mérite à continuer le combat. Mais il est triste de les voir obligés à perdre ainsi le temps et l'énergie qu'ils ne devraient consacrer qu'à la création ! — [lire la suite / continue reading]

- Télécharger / Download (jpg) : ../files/articles/eloy/1965_eloy_5_b.jpg image 1
- Télécharger / Download (pdf) : http://jeromejoy.org/files/articles/eloy/1965_ELOY_5.pdf.zip http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg
- URL(s) (pdf) : http://referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS0059_19651229/OBS0059_19651229_028.pdf http://joy.nujus.net/files/img/icon_pdf_round2.jpg















   
   
   
    [Edit] [Hist] [UP] [List] [New]   [Log out]


1995/2019 — Powered by LionWiki 3.1.1 — Thanks to Adam Zivner — webmaster & webdesign : Jérôme Joy — Author : Jérôme Joy — Any material is under copyleft © with in-line & in-text attributions —
http://jeromejoy.org/ — Hosted by nujus.net NYC since 2007, and by The Thing NYC (between 1995-2007 — Thanks to Wolfgang Staehle and the Thing team).