On extended, boundless, vibratory and in-the-now sympathy music

http://jeromejoy.org/


  || NEWS                 || BIO   | SHOWS   | CATALOG                 || PROJE(C)TS   | MP3s   | CDs   | VIDEOS                         || BIBLIO   | STUDIES   | DOCUMENTATION   | PH.D.   | EDU                 | COLLECTIVE JUKEBOX   | NOCINEMA.ORG   | CONCERTS FILMS   || AUDITO   | QWAT?                   || home   | contact  |     |    🔎  |

  Last changed - (French time): 2019/10/04 21:23     > Recent changes

 

2019-1994 — cds — lps — dvds — cdroms(Edit)



search discogs




2019 — FORMANEX, 20 YEARS OF EXPERIMENTAL MUSIC (WITH AMM, ONSEMBLE)(Edit)

box 10 cds, Mikroton label (forthcoming)
pieces for orchestra, small ensemble, trio, duo... by Christian Wolff vol1 & vol2 (cd2 et cd3)
EdgesLooking NorthTrio Rowe/Wolff/Tilbury with Onsemble

with : Keith Rowe (prepared guitar), John Tilbury (piano), Christian Wolff (guitar, piano), ONsemble : Fabrice Arnaud-Crémon (clarinet), Clara Bodet (clarinets), Sarah Clenet (bass), Julien Héraud (saxophone), Benjamin Jarry (cello), Jérôme Joy (electric bass), Carine Léquyer (harpe), Romain Papion (electric bass), Jenny Pickett (electric guitar), Jordi Prieto (bass trombone)

Nantes trio Formanex celebrates 20 years of activism in experimental music with a 10 CD edition full of amazing collaborations with ONsemble (contemporary music group from Nantes and Saint-Nazaire) and composers they have worked with. The box set includes early works by Formanex’s own Julien Ottavi, unique compositions created by Keith Rowe, pieces by Kasper T. Toeplitz, Ralf Wehowsky, Seth Cluett, Michael Pisaro, Radu Malfatti, as well as other giants of contemporary music from the last 50 years; such as Phill Niblock and Christian Wolff.
A rare collection of CDs, this box set represents a broad vision of experimental music from noise to electronic abstract composition, radical minimalism, contemporary and improvised music.
Limited Edition of 300 copies.

info: website (mikroton bandcamp) - website (mikroton) - wiki page








2013 — blst, pizMO(Edit)

../files/img/cd_pizmo2013.jpg
../files/img/cd_pizmo2013_3.jpg
../files/img/cd_pizmo2013_5.jpg
../files/img/cd_pizmo2013_4.jpg
Produced by Apo33 & Fibrr Records
[53:13]
live recording Festival Piksel[X], AudioBlast, Bergen-Nantes, nov. 2012, released on 2013
Fibrr Records fibrr 012

The new PizMO release is finally here after many years of silence, the trio is come back with even more furious sounds and noiz as ever !
It's the new generation of power trio for Laptopers & electronics !

../files/img/cd_pizmo2013_2.jpg

review: « Every so often, pizMO emerges, bearing news from the Nantes noise scene—Christophe Havard, Jerome Joy and Julien Ottavi. Although not always the case, "noise" in Nantes, in my experience, carries less of the adolescent, rock-oriented vibe that it often does elsewhere, instead tracing its lineage back through the likes of Tudor ("Rainforest" was just recreated there a couple of weeks back by Ottavi and the crew at apo33). Make no mistake, "blst" is every bit as explosive as its title connotes, but one has the impression of hearing hyper-magnified activity that occurs at some micro-level, possibly within the entrails of DIY electronic devices of great complexity. It's a massive, 53-minute block of sound in one respect, but that block is a conglomerate, permeated with materials of varying density and color as well as pockets of air (or other gaseous substances). Hard to escape the aural illusion of magma, liquefying in immense heat, congealing into a smoky crust, fracturing, on and on but at the same time semi-alive, as though lava-based creatures are in the process of being formed. There's a danger of over-satiation; ensembles like pizMO tend to eschew sparseness and silence, requiring a constant bob and weave from the participants as they negotiate their way through a more viscous medium than classic AMM or post-AMM environs—no time is spent in contemplation. Now and then, they run up against a wall, sputter, emit a silly or teeth-grating sound or two, but generally they do a really impressive job at creating a living, variegated form. As with much of the successful music in this neck of the woods, I'd love to have heard this immersed in a large space, hordes of speakers surrounding. As is, "blst" is a fine document, robust, writhing and tentacular. » (Brian Olewnick — June 26, 2013 — http://olewnick.blogspot.fr/2013/06/pizmo-blst-fibrr-every-so-often-pizmo.html )

review : « We create experiences and ambiances with audio architecture. We are an anonymous collective of artists and musicians experimenting w/ audio & radio. We reactualize a drifting theory thru post-radio, sound-systems and computers. We explore portable, mobile, temporary & immersive audio spaces and campings. We favour loading forms, immaterial works and time-based objects." Welcome to the laptop trio Pizmo, Christophe Havard, Jerome Joy and Julien Ottavi. The cover of their 'BLST' CD contains many more statements like that, but also the fact that this piece, lasting some fifty-three minutes, is recorded at a festival in Bergen, Norway in November last year. If you are familiar with the actions of Apo33, who is behind the Fibbr label but much more (mainly concerts, but also interactive things via the internet), then it should hardly be a surprise that there is a certain noise element to this music. It's not y'r usual off-the-harsh-noise-wall type of noise, but still it's pretty loud, and highly improvised. I am never too sure why this concert had to be released, and not some other, but maybe this is indeed their best current recording. Their laptops contain lots of electronic sounds, but occasionally we hear a bit of field recordings too. It's all quite enjoyable indeed, and this trio does a fine job at producing some sonically rich music. The question remains however: what's special about this recording? That's something I haven't figured out. (FdW) » (VITAL WEEKLY number 887 — http://www.vitalweekly.net/887.html )

review : « Un amas organisé d'éléments hétéroclites réuni sous l’effet de la recherche et de l’expérience et aussi guidé par le plaisr de l’effet sonore. Une dérive jouissive dans le flux des machines et de l’enregistrement, des expériences et ambiances audio architecturées et environnementales par un collectif incognito d’artistes et musiciens en expérimentation audio qui réactualise une théorie de la dérive post-audio : systèmes son, électroniques et informatiques. — Note d’intention : “PIZMO - BLST est tout d'abord un collectif méconnu d’artistes et musiciens expérimentaux “fabriquants d'écoute”. A travers des systèmes sonores, électroniques et informatiques crées par leurs soins, Pizmo nous délivre des expériences et ambiances audio architecturées et environnementales. Ils explorent ainsi des espaces temporaires et immersifs. Pizmo en accord avec le label favorise les formes téléchargeables, immatérielles et temporelles. Ils font évoluer les actions DIY (done by yourself) et DBO (done by others) vers celle de DWO (done with others). Se définissant comme des opérateurs de la chute des systèmes centralisés, leur but est diffuser des situations télématiques et continuer à développer le processus de révolutions sonores et musicales. L'objectif principal de ce nouveau CD est de modifier la façon dont les gens peuvent écouter le monde et leur environnement immédiat. Par son ignorance de l'industrie musicale, Pizmo n'a pas besoin de notoriété pour avancer et s'engager. Munissez-vous d'écouteurs et d'une sono et découvrez l'album BLST de Pizmo » (METAMKINE — http://www.metamkine.com/?monlabelrec=1830 )

review: « pizMO est un trio qui a débuté il y a maintenant une dizaine d'années, s'est interrompu en 2003, pour reprendre du service en 2012 avec Christophe Havard, Jérôme Joy et Julien Ottavi à l'électronique et aux ordinateurs. Je 'avais pas entendu la première formation avec Yannick Dauby à la place de Christophe Havard, mais j'espère que celle-ci sera moins éphémère, car elle vaut vraiment le détour. J'ai pu les voir il y a quelques jours dans une petite salle de verre et de carrelage (avec quelques tapis pour atténuer), et ces assauts soniques par vagues restent une "expérience d'écoute" plutôt mémorable. Sur blst, la même sensation d'avoir affaire à un micro-organisme sonique et bruitiste. Car pizMO évolue selon des règles que l'on ne comprend pas tout le temps ou auxquelles on ne s'attend pas. La forme semble dictée par la "prise de risque" dont parle Karkowski. Si Jérôme Joy utilise un logiciel hi-tech pour faire une nappe sonore lisse, brillante et continue, Christophe Havard s'emploiera à produire des larsens à la limite du supportable, sous forme de ruptures discontinues, tandis que Julien Ottavi prendra un malin plaisir à réutiliser des matériaux de récupération avec des techniques apparentées au lo-fi. Ce n'est qu'un exemple parmi d'autres, car pizMO joue sur les effets de surprise, sur la déconstruction et les prises de risque. Tout est affaire de contrastes et de ruptures, de reliefs et d'assauts. Opposition des textures et des couleurs, contrastes d'intensité, dialogue entre le continu et le discontinu, opposition des techniques de production sonore, entre le grave et l'aigu, le sale et le propre, la violence et le calme, etc. Voilà pourquoi pizMO ressemble à un micro-organisme, car le trio agit selon ses règles propres, des règles auxquelles nous ne sommes pas habitués et qui produisent des "expériences d'écoute" surprenantes. blst ressemble à une fourmilière bruitiste aux mouvements incessants, des mouvements continus et des soubresauts inattendus, des mouvements qui jouent sur la surprise et les seuils de tolérance, ainsi que sur les contrastes et les oppositions internes. Recommandé. » (Julien Héraud, Improv Sphere — mardi 25 juin 2013 — http://improv-sphere.blogspot.fr/2013/06/pizmo-blst.html )

review: « Dietro il nome Pizmo c’è un collettivo di artisti di Nantes, città di grande fermento musicale, specialmente per quanto riguarda la scena elettronica e synthpop. Tuttavia Blst non ha niente in comune con i tipici prodotti locali. Non ci sono brani orecchiabili e divertenti ispirati agli anni ’80, ma ad un unico blocco di 53 minuti, fatto di effetti sonori, modulazioni di vari strumenti e rumori di origine ignota, come se mescolassero in un calderone magico ogni tipo di ingrediente, aspettando la nascita di qualche mitico essere. Qualcosa nella pozione deve essere andato storto però, perché da Blst non nasce niente, se non un progressivo senso fastidio e di attese frustrate. Un’accozzaglia di cacofonie casuali. » (Ianira De Ninno, RockeRilla Music Magazine — 26 juillet 2013 — http://www.rockerilla.com/?p=12891)''

info: website - discogs - wiki page
order: Metamkine -








2013 — World Listening Project (for Rachel Carson)(Edit)

Springlike
Online contribution (unreleased)
for a compilation, World Listening Project (for Rachel Carson), Chicago

info: website (silent spring) - website (wlp) - wiki page








2013 — Shady Grove with MXPRMNTL(Edit)

../files/img/lp_shady2013_2b.jpg
../files/img/lp_shady2013_1b.jpg
LP vinyl
released on Paradise Records

featuring MXPRMNTL - Christophe Havard, Jérôme Joy, Anthony Taillard
a recording sound document realised by Neal Beggs and Fred Emprou, with David Michael Clarke, Romain Rambaud, Elsa Tomkowiak, Damien Moreira, Florian Sumi, Jérôme Joy, Anthony Taillard, Christophe Havard, Baptiste Fertillet, Charlie Jeffery, Benoît Travers.

info: website - website (shady grove) - wiki page








2012 — Hum (excerpt)(Edit)

../files/img/cd_nin.jpg Produced by Apo33 & Fibrr Records, with Keith Rowe, Formanex, Wehwalt, Jerome Joy, Anthony Taillard, Jenny Pickett, Clinch, Luc Kerléo, Semantik, Mathias Delplanque, Julien Ottavi, Thomas Tilly, Morosphynx, Dominique Leroy.
on NANTES IS NOISE
compilation audio cd - [5:00]
Fibrr Records fibrr 010

comments : « Nantes is known for its castle, biscuit factories, 12-meter tall mechanical elephant and clean green urban planning. However, Nantes is also a city full of interesting musicians and composers, and we are not talking about your typical mainstream rock, pop, jazz and electro genres, but of course the domain of experimental, improvised, contemporary music or sound art, sound poetry and noise. After 15 years of exploration and support for the Nantes scene, it is time for Apo33 and Fibrr Records to join forces and reveal some of the local talents and the great artists that are flourishing in our city. It is an impossible task to fit all of these into this first compilation (Nantes is Noise #1 for sure), but we can at least give you a taste of the strong new music scene thriving on the west coast of France today. » (Apo33 / Fibrr Records)

review : « Le label nantais Fibrr (dirigé par Julien Ottavi) n'avait pas sorti de disque depuis de nombreuses années et il revient en cette fin 2012 avec une compilation d'artistes ligériens pour la plupart assez proches de l'association Apo33. Ce n'est pas évident d'écrire à propos d'une compilation, car les approches, les matériaux et les esthétiques sont très variables. Quelques points communs tout de même réunissent ces artistes: une approche plutôt bruitiste de la musique, où le son comme phénomène physique est considéré comme une matière musicale, voire comme la forme même de la musique; une utilisation massive de l'électronique et des ordinateurs, avec quelques instruments traités également comme de la matière sonore plus que comme un instrument; et l'origine géographique bien sûr: le but de cette compilation étant de promouvoir la scène musicale et expérimentale nantaise. Ceci-dit, les pièces présentées ici sont plutôt éclectiques: des instruments préparés et/ou motorisés de Keith Rowe (avec une pièce étonnamment calme, aérée et abrasive) et Anthony Taillard (avec son drone pour orgue), à un extrait de Treatise par Formanex (Anthony Taillard encore, Julien Ottavi et Emmanuel Leduc), en passant par les expérimentations sur la voix de Luc Kerléo ou encore le synthétiseur halluciné de Clinch, des œuvres électroacoustiques, de la musique concrète pour bande, du harsh noise, des field-recordings, etc. Des esthétiques et des pratiques diverses et dans l'ensemble plutôt réussies. La longueur des pièces (4-5 minutes chacune) permet à chaque musicien de développer son discours en un temps raisonnable tout en laissant pas mal de place à de nombreuses démarches (il y a tout de même 14 pistes au total), juste le temps qu'il faut à l'auditeur pour pénétrer chaque univers sonore et esthétique. » (Julien Héraud, http://improv-sphere.blogspot.fr/ )

review: « Un slogan à l'esprit militant, “Nantes is noise” (j'y aurai bien mis un point d'exclamation moi), pour cette compilation sortie au début de l'exposition médiatique de la résistance au projet d'aéroport de Notre Dame des Landes. Un militantisme à la sauce Apo33, quant à lui exposé dans l'article de Kasper T Toeplitz dans notre numéro papier 94. Comme pour faire écho aux propos reproduits dans cet article, quoi de plus approprié que de proposer une photographie, un état des lieux qui fait office de constat, d'une frange de l'activisme noise made in Nantes. Il y est énormément question de collectif dans les réflexions de Julien Ottavi tout au long de cet interview. Quoi de plus encore opportun de la jouer collectif justement, terme on ne peut plus sportif au moment même où j'écoute le morceau de Luc Kerléo, s'amusant électroacoustiquement d'un commentaire sportif radio ou télé; au travers d'un instantané de prises de parole par ces artistes qui touchent de près ou de loin à la nébuleuse Apo33. Dernier écho ou liaison avec la structure en question, Apo33 a créé un espace qui s'appelle Plateforme Intermedia Apo33/ La Fabrique. Après l'espace en dur, l'espace sonore fixé sur disque, si l'on considère une compilation comme une plateforme. Ce titre “Nantes is Noise”, est pour moi plein de sens. Comment s'approprier un espace musicalement, dans l'environnement et l'architecture que représente la ville. Ou comment donner un sens à sa ville. On peut même aller plus loin historiquement parlant, car si la ville de Nantes est surtout connue pour sa pop (Dominique A/Little Rabbits…), elle a un lien avec le noise sous toutes ses formes. Nantes redevient d'ailleurs rock tendance noise US justement avec Fordamage (voir chronique sur notre site, rubrique juillet 2012), Papier Tigre, et toute une nouvelle scène garage émergente qui se produit au nouveau bar rock, Le Stakhanov. Le noise c'est aussi les activités de Câble, plus proche musicalement d'Apo33. Le noise chez Apo33 s'est développé à ses débuts dans l'organisation de concerts, que dis-je de tonne de concerts et faisait venir la crème de la noise planétaire (Storm & Stress, Flying Luttenbachers et autres) et a certainement dû marquer à l'époque toute cette nouvelle scène actuelle évoquée un peu plus haut. Entre deux concerts de rock noise chicagoan organisés par une autre asso nantaise du début des années 2000, (feu) P.A.M. Je pense qu'il est nécessaire de faire ce point historique car cette compilation regroupe une grande parties des personnes qui ont contribué à cette organisation parfois un peu folle qu'était celle d'Apo33 à cette époque : Anthony Taillard, Formanex, Clinch ou Luc Kerléo entre autres. Nécessaire d'évoquer aussi le virage engagé par l'association il y a environ 5 ans, avec moultes activités de workshop, conférence, création multimédia et développement/tutorat autour des logiciels libres. Avec en filigrane quelques concerts ou festivals. Nous en venons donc à l'histoire de Fibrr. Label créé aux débuts de Formanex et au début des années 2000, et dont l'histoire est intrinsèquement intimement liée. Et réveille des souvenirs, car j'y ai pris part personnellement, comme par exemple au découpage, pliage et collage de la pochette sérigraphiée du premier disque autour de Treatise de Cornelius Cardew, toute une journée dans les locaux d'Extrapool à Nimègue/Hollande. On les retrouve d'ailleurs ici avec un extrait live de 2011 de cette même partition. Keith Rowe ouvre avec un minimalisme silencieux qu'on ne lui connait pas franchement. Anthony Taillard nous gratifie d'un titre drone “Organ”, digne des expérimentations de Jim O'Rourke et je pèse mes mots . Jérôme Joy s'éclate dans une masse obsédante. Thomas Tilly nous emmène dans son field recording environnemental. Un état des lieux qui tient toutes ses promesses. Décidément j'adore cette ville. » (Cyrille Lanoë, in Revue & Corrigée )

info: website - discogs - wiki page
order: Metamkine -








2011 — Asymphonie Monoton Silence(Edit)

../files/img/cd_asymphonie.jpg Produced by Christian Vialard, with performers: Arnaud Maguet, Year of No Light (Bertrand, Jérôme, Johan, Mathieu, Pierre), Noir Prod. (Emmanuel), Poil, Catriona Shaw, Eddie Ladoire, Fred Bigo, Gauthier Tassart, Jérôme Joy, Mimosa Pale, Philippe Fernandez, Richard Prompt, Tim Gane, Vincent Epplay
Recorded live at various locations
dvd - [ind.]
DVDr, Limited Edition

comments : « Asymphonie Monoton Silence (2011) is a tribute to the work of Yves Klein Symphonie Monoton Silence (1) of 1947-1961. Asymphonie Monoton Silence is an installation consisting of a projected video and a sound composition. It was created on the occasion of the exhibition "Le temps de l'écoute" at the Villa Arson National Centre of Contemporary Art, in Nice during summer 2011. I invited 18 musicians to play the Monoton symphony with the instrument of their choice.They had to play a note (Dmaj) for 20 minutes and then silence. Each musician was filmed and recorded in his own studio with the conditions of a live performance in Berlin, Paris, Bordeaux and Nice. Asymphonie Monoton Silence is a virtual concert of 18 musicians (not a reference of Steve Reich) not playing in the same time nor the same geographical area. The film is composed of five vertical strips. Each of these strips show successively the musicians while playing the score I have created. This is a work of composition and orchestration such as Yves Klein had conceived it for his own work (back in his time). » (Christian Vialard)

commentaires : « L'Asymphonie Monoton Silence est un hommage à l’oeuvre d’Yves Klein, Symphonie Monoton Silence de 1947-1961. Cette symphonie d’une durée de quarante minutes (mais cela n’a pas d’importance, on va voir pourquoi) est constituée d’un seul et unique « son » continu, étiré, privé de son attaque et de sa fin, ce qui crée une sensation de vertige, d’aspiration de la sensibilité hors du temps. Cette symphonie n’existe donc pas tout en étant là, sortant de la phénoménologie du temps, parce qu’elle n’est jamais née ni morte, après existence, cependant, dans le monde de nos possibilités de perception conscientes : c’est du silence – présence audible.» (Yves Klein, Le dépassement de la problématique de l’art). Asymphonie Monoton Silence est une installation qui comprend un film projeté et une composition sonore. Elle a été créé à l’occasion de l’exposition « Le temps de l’écoute» au Centre national d’art contemporain de la Villa Arson à Nice pendant l’été 2011. J’ai invité 18 musiciens à rejouer la symphonie Monoton avec l’instrument de leur choix, une note majeure tenue pendant 20 mn puis du silence. Chaque musicien est filmé et enregistré dans son propre studio dans des conditions de «live» à Berlin, Paris, Bordeaux et Nice. Asymphonie Monoton Silence est un concert virtuel avec 18 musiciens qui ne jouent pas dans le même temps ni le même espace géographique. Le film est constitué de 5 bandes verticales et dans chacune de ces bandes apparaissent successivement les musiciens en fonction de leur présence dans la composition sonore que j’ai réalisé. Un travail de composition et de direction d’orchestre tout comme Yves Klein l’avait imaginé en son temps pour son œuvre. (Christian Vialard)

info: website - discogs - wiki page
order: -








2011 — Sobralasolas! - ep.2 (excerpt)(Edit)

../files/img/cd_arsacustica.jpg Produced by Kaffe Matthews & Jérôme Joy, with Caroline Bouissou, DinahBird, Björn Eriksson, Jérôme Joy and Kaffe Matthews
Recorded live at Pfefferberg Berlin, 17.1.2010
compilation audio cd - [3:57]
EBU Ars Acustica

comments : « Robert Filliou, a renowned French Fluxus artist, declared 17th January 1963 as the 1,000.000th Birthday of Art. His idea was to honour Art as a global and infinite phenomenon, with artists and art institutions worldwide joining in a networked celebration every year on this very day, 17th January. 
The concept of the “Eternal Network” and the “Fete Permanente”, terms coined by Filliou, was embraced by artists working with early telecommunication networks in the 1990s. A loose yet growing community of independent Art’s Birthday parties (http://artsbirthday.net) was joined by the European Broadcasting Union’s Ars Acustica group in 2005, with its members, i.e. producers of and programs for Radio Art, contributing, sharing and transmitting presents on air and on line. From the countless hours of performances, concerts, live mixes and public events of the last years, the Ars Acustica has compiled this double CD to provide a cross-section and the range of its Art’s Birthday activities. » (Ars Acustica)

info: website - discogs - wiki page
order: Metamkine -








2010 — LocustreamMix(Edit)

../files/img/cd_soundpocket.jpg
../files/img/cd_soundpocket2.jpg
LocustreamMix
Cd with a book - compilation audio cd - [12:22]
Produced by Jerome Joy and Locus Sonus.
Around 聽在》, Sound Festival 2009, edited by soundpocket & Yang Yeung, oct. 2010, Hong Kong

comments : « A collection of artists and critics’ ear-witness accounts of Around sound art festival 2009, and their latest reflections on “sound art” and listening. The title of this book is derived from Around sound art festival 2009 – a festival of listening and the first of its kind in Hong Kong. Artists, curators, critics and musicians contribute 16 essays on listening in less noticed places in Hong Kong like Motat on Lamma Island, empty public housing estates in Wong Chuk Hang, and listening to frogs and rivers, listening to distance. The book includes a CD with 12 recordings of site-specific works presented in the festival. » — (soundpocket, Yang Yeung)

comments : « There has been a surprising resurgence of interest in sound art in Hong Kong over the past few years, spurred by a combination of factors from a strong research program in certain university departments to the fact that the event-based form of many sound exhibitions suits the transient cycle of artists circulating through the city. (...) Aroundsound emphasizes not sound art as we know it but rather “sound-in-art and sound-as-art,” or “listening-to, listening-before, and listening-after,” and this volume likewise contains a range of ideas in at least four languages, all packaged in a flawlessly translated, edited, designed, and printed container. (...) In a lengthy text from Jerome Joy, himself a performer in the festival, we find a more analytical text that offers a healthy reprieve in its historical and theoretical contextualization of multiple performance events, while Felix Hess similarly offers a narrative of his own arrival at sound practice through science, theory, and personal experience. (...) » — (Robin Peckham. December 3, 2010, In LEAP, The Bilingual Art Magazine of Contemporary China, Vol. 1 No. 6, December 2010)

comments : « In the eighteenth century, a French writer has imagined a globe directly connected to different places around the world with the help of pipes and trunks, thus one could simultaneously listen in the live sound ambiances of these remote locations. Since 2005, the Locustream project by Locus Sonus consists of a Internet network of worldwide open microphones which are accessible via streaming techniques. This soundwork is a recording mix of some of these live and continuous microphones along a short period : from the 30th of August to the 2nd of October, 2009, and from Amsterdam, Boston, Buga Valle in Colombia, Chicago, Honk Kong, Lijiang in China, Montreal, Nice, Marseilles, Solleftea in Sweden, and Paris. » — (Jérôme Joy)

commentaires : « Au dix-huitième siècle, un écrivain français imaginait un globe terrestre relié directement, à l'aide de canaux et de tuyaux, à différents lieux autour du monde; ainsi il était possible d'écouter simultanément les sons et les environnements sonores de ces lieux distants. Depuis 2005, Locus Sonus développe le projet Locustream qui consiste en un réseau de microphones ouverts et placés dans différents endroits du monde, et accessibles par Internet à l'aide des techniques de streaming. Ce document sonore est un mixage enregistré de quelques-uns de ces microphones durant la période du 30 août au 2 octobre 2009, et en provenance de Amsterdam, Boston, Buga Valle en Colombie, Chicago, Honk Kong, Lijiang en Chine, Montréal, Nice, Marseille, Solleftea en Suède, et Paris. » (Jérôme Joy)

info: website - pdf presentation
order: JapanImprov -








2010 — Sobralasolas! - ep.1 — Série des Caroline (Les Essais de Caroline, Caroline en Silence, Caroline Boréale) — Locked Out on Michigan Ave.(Edit)

../files/img/cd_radiophonic.jpg Sobralasolas ! : Produced by Jérôme Joy, with Caroline Bouissou, DinahBird, Björn Eriksson, Jérôme Joy, Kaffe Matthews and Gregory Whitehead
Les Essais de Caroline : Produced by Jérôme Joy
Locked Out ... : Produced by Jérôme Joy
USB card with a book - [60:00] + [25:45] + [4:15]
Radiophonic Creation Day, Association JeL

comments : « While Digital Radio (DAB) is spreading all over Europe, it’s time to remember that, since its birth, the radio has always been a medium for creativity and not just a powerful means of communication, capable of the best as much as the worst. The inevitable change to digital radio is soon to come to Europe. This will eventually endanger a great number of local and associative radio stations (or category A and B). And yet, it is thanks to these deliberate initiatives that sparks of sound creation are born. All of these works, made for the radio, are what's called radiophonic creation. In 2009, the association JEL invited 86 artists and radio stations from 18 countries in the world to build up a 24h programming specifically made up of radiophonic creations. This was aired on May 23rd 2009 simultaneously on 17 FM radio stations and web radios around the world. The association then produced 200 boxed sets which included a 60 page booklet presenting the project and the artists, as well as a USB key/card containing the 24h programming. » (Coraline Janvier & Julia Drouhin)

commentaires : « Le moment inévitable du passage à la radio numérique en Europe approche. Ce passage au numérique va mettre en péril bon nombre de radios associatives et radio locales (catégories A et B). Or, c’est au sein de ces initiatives volontaires que naissent ces étincelles de créations sonores inventées pour la radio que l’on nomme : création radiophonique. En 2009, l’association JEL a invité 86 artistes et radios venant de 18 pays dans le monde à constituer une programmation de 24h consacrée uniquement à la création radiophonique. Cette programmation a été diffusée le 23 mai 2009 en même temps sur 17 radio FM et web radios dans le monde. À l’issu de ce festival, l’association a produit 200 coffrets comprenant un livret de 60 pages présentant le projet et les artistes et une clé USB/card contenant les 24h de programmation. » (Coraline Janvier & Julia Drouhin)

info: website -
order: Radiophonic Creation Day -








2010 — Orient Express(Edit)

../files/img/cd_dvdremix.jpg Produced by Stephan Barron
dvd - [10:55]
®ien de spécial, Montpellier, septembre 2010

comments : « Earth Artwork ORIENT EXPRESS 1987. — Stéphan Barron rode the Orient Express from Paris to Budapest and every hour shot 10 seconds of video. The same process was used from Budapest to Paris. The soundtrack was remixed by Jérôme Joy in 2010. » (Stephan Barron)

commentaires : « série DVD-Remix avec Roger23, Lawrence English, Jérôme Joy, Klare X Lanson, James Taylor (Swayzak), Denis Dufour, Stéphan Mathieu. DVDREMIX est une série d’édition qui retrace une démarche pionnière dans les arts technologiques qui sont à l’origine de formes d’art en émergence : l’art sur internet, l’art technomade (art sur téléphone mobile) et l’art technoromantique, réflexion artistique sur l’environnement planétaire. Stéphan Barron a intitulé cette démarche l’Art Planétaire et créé l’idée d’un Technoromantisme. DVDREMIX rassemble 14 vidéos de Stéphan BARRON de 1985 à 2009 qui permettent de suivre l’articulation entre l’art vidéo des années 80 et ces formes d’art qui se développeront au XXIème siècle. — Stéphan Barron dans « Orient Express de Paris à Budapest » filme toutes les heures précises dix secondes de vidéo. À Budapest les 25 séquences de l’aller sont numérisées et renvoyées par slow-scan à Paris (le principe fondamental de la SlowScan TV est de permettre aux amateurs radio de transmettre et de recevoir des images fixes à l’aide d’une bande passante réduite correspondant à celle de la parole). Le même « processus » est réalisé de Budapest à Paris et les 25 séquences numérisées du retour sont renvoyés de Paris à Budapest. Orient Express a été réalisée pour la manifestation « Dialogue ordinaire - Paris / Budapest » en octobre 1987. En 2010, Stéphan Barron me demande de faire un "re-mix" de cette vidéo à partir de la bande-son originale (le son direct de la série des shots vidéo). La bande-son est très présente dans ma version retravaillée, c'est-à-dire que l'écoute influe beaucoup sur le flux des images, étant donné que la structure de la bande-son joue sur la linéarité de la vidéo (et d'un voyage) et vient en contrepoint du principe initial de montage : la bande-son crée un autre flux qui est très prégnant. À titre indicatif, le flux sonore s'appuie métaphoriquement sur les sons de frottement et de résonance d'un train lancé : roulement sur les rails, air sur les parois, etc. Ce flux sonore participe bien à notre immersion dans le voyage. Dans ce sens, les séquences de son direct des shots vidéo apparaissent comme des « flashes » venant trouer la matière continue. Ceux-ci affleurent sur la bande-son et participent à la matière qui se construit et qui fuit. » (Jérôme Joy)

info: website - website 2 - wiki page
order: Metamkine -








2009 — Sobralasolas! - ep.1(Edit)

../files/img/cd_sbrlsls1-2.jpg Produced by Jérôme Joy, with Caroline Bouissou, DinahBird, Björn Eriksson, Jérôme Joy, Kaffe Matthews and Gregory Whitehead
audio cd - [60:00]
Ohm Avatar - ohm 048

comments : « Sobralasolas! is a radio opera of live, streamed and recorded sounds. This project, which began in 2007, gathered a group of sound artists who through time have developed a series of episodes. Sobralasolas! doest not have any preestablished scenario, nor is there a story to be told. Built on a system that combines traditional studio practices and networks (streaming techniques used for the remote sound recordings with open microphones and remote live improvised performances), Sobralasolas! aims to slow down the act of listening by producing a large and broad live scenography of memorised and live sounds. » (Jérôme Joy)
« A strange work so typical of the sound art you expect from the Avatar crew. This collaboration is to be approached like a hörspiel (a radio art work). It features DinahBird, Jérôme Joy, Caroline Bouissou, Björn Eriksson, Gregory Whitehead, and Kaffe Matthews. They all contribute bits of their daily reality: one is streaming live over the net whatever happens in his kitchen, another tells stories about his surroundings, another lists the various shades of yellow around her, etc. Pooled via Internet, these elements weave a strange form of virtual reality with absurd meanings and occasional moments of serendipity. Interesting idea, but it gets tiresome toward the end. The liner notes include this telling quote by Lily Tomlin: “Reality is nothing but a collective hunch.” » (François Couture)

commentaires : « SOBRALASOLAS ! est un radio opéra pensé comme une collection d`épisodes, entre concert musical, oeuvre radiophonée et dispositif en réseau, qui combine les sons montés, mixés, composés, improvisés et streamés. Les participants ont soit placé un micro ouvert dans leur quotidien afin de le capter, de l`enregistrer ou de le streamer en direct, soit enregistré leur voix décrivant des histoires probables de leur environnement. Gregory Whitehead à Seattle soliloque à distance sur les termes les plus usités dans les médias et sur les anagrammes du mot Sobralasolas, Caroline déploie ses rêves qui hallucinent nos impressions quotidiennes, Dinahbird raconte ses yellow sticky thoughts (pensées post-it) issues d`observations furtives, Kaffe Matthews streame à partir de chez elle à Londres toutes les variations liées à la couleur jaune filtrant son environnement, Björn Eriksson place ses micros ouverts en direct sur Internet dans la cuisine de sa maison à Solleftea en Suède, explique Jérôme Joy. Ces protagonistes se découvrent aux auditeurs au fur et à mesure dans cette glossolalie improbable sans scénario, chacun élaborant son histoire au fil de l`écoute. » (Ohm Avatar)
« Une œuvre étrange, typique de l’art sonore qu’on attend du camp Avatar. Cette collaboration s’écoute comme un hörspiel (une œuvre d’art radiophonique). Elle met en vedette DinahBird, Jérôme Joy, Caroline Bouissou, Björn Eriksson, Gregory Whitehead et Kaffe Matthews. Tous contribuent un bout de quotidien: qui diffuse en direct sur le web ce qui se passe dans sa cuisine, qui raconte des anecdotes sur son entourage, qui énumère les variations de jaune qui peuplent son environnement, etc. Mis en commun via Internet, ces éléments de réel tissent une réalité virtuelle étrange, aux significations absurdes mais pas dénuées de hasards heureux. Par contre, ça vient lassant. Une citation de Lily Tomlin qui oriente la réflexion: “La réalité n’est qu’une intuition collective”. » (François Couture)

info: website - wiki page
order: Ohm Avatar - Vacuohm - Metamkine -








2009 — Chantal (Luc Ferrari)(Edit)

../files/img/cd_chantal.jpg Chantal ou le portrait d'une villageoise by Luc Ferrari (1977-78)
in collaboration with Brunhild Meyer.
audio cd - [40:00]
Ohm Avatar - ohm 051
Edited by Jérôme Joy -

comments : « One beautiful sunny day of 1976 we spent the after-noon in the garden of friends. We were lying in the grass with our map of France and wondered where to spend some weeks in summer. As Pierre was sprinkling his young trees Luc asked him to send one water drop on our map. It fell on Tuchan we never had heard about before, so we decided immediately to go there with the wish to explore this small village in the Corbières, a vine country in the department of Aude in the southwest of France. » (Brunhild Ferrari)

commentaires : « 1976. Un été très sec. Luc Ferrari et Brunhild Meyer chez des amis, près de Paris, sont couchés dans l’herbe. Ils étudient la carte de la France et font des projets de vacances. Luc demande à son amie qui est en train d’arroser son jardin, de lui envoyer une goutte d’eau. Elle tombe sur un petit village dans les Corbière, une région viticole dans le sud de la France. C’est là où ils décident d’aller en vacances. Il parlent avec les gens, avec le facteur, les jeunes, avec le curé et l’anarchiste. Comment vit une jeune femme née dans le village, 22 ans, un enfant, mariée à un artisan maçon, le SMIG pour le ménage? Elle dit ses occupations, ses désirs, ses troubles, ses problèmes de femme, la recherche de son émancipation. » (Brunhild Ferrari)
« Lorsqu’au deuxième tiers des années septante Luc Ferrari et sa compagne et complice Brunhild Meyer entreprennent d’enregistrer Chantal Busquet – jeune habitante jusque là anonyme du village de Tuchan dans les Corbières, âgée de vingt-deux ans et mariée « un peu à l’aveuglette » avec l’artisan maçon qui « du jour au lendemain » l’avait mise enceinte – puis qu’ils mixent les bandes magnétiques de ces conversations pour dresser son portrait sonore, comme quelques fameux cinéastes documentaires (par exemple Jean-Daniel Pollet face au philosophe politique lépreux Raimondakis dans le moyen métrage L’Ordre), ils font le choix de laisser apparentes dans leur montage les traces de questionnements, de doutes – parfois presque de mutineries - de leur sujet / interlocuteur. Voire ici, dans le chef de Ferrari, les traces de sa propre incitation à la résistance : « Révolte-toi ! Allez… » ou « Tu peux m’engueuler, hein… On n’est pas toujours intelligent dans les questions qu’on pose ». Intelligente – comprenez libre – Chantal l’est assurément. Au-delà d’une certaine incompréhension de départ quant au fait qu’au sein de toute la population du village, ce soit précisément avec elle que ce curieux couple d’enquêteurs parisiens pas comme les autres ait décidé de pousser plus avant l’enregistrement de leurs entretiens (« Oui, m’enfin… Je ne suis pas un courant de pensée bien défini… Moi, je suis moi, c’est tout »), elle articule dans des mots simples une pensée de l’existence – de l’amour, du sexe, de la politique, de la vie en milieu rural, d’une survie économique pas évidente avec le salaire minimum garanti pour seul revenu – toujours ancrée dans son vécu et ses expériences et ne tombant (presque) jamais dans les ornières d’un discours pré-balisé par d’autres. Une conception indépendante et non inféodée de la vie et de la politique (« On peut avoir des idées qui n’ont pas besoin d’être représentées par un parti. J’aime pas les cartes. Je suis anti-cartes »). Par rapport à d’autres pièces sonores de Luc Ferrari, comme par exemple sa splendide série des Presque rien qui, dès le deuxième opus de la série, inclut aussi la voix, on sent très fort ici un choix tout à fait délibéré de laisser la parole – et en premier lieu celle d’autrui, celle de Chantal – au premier plan. Entre les réguliers claquements de guitare acoustique qui viennent ponctuer et rythmer le récit – et qui avec vingt ou trente ans d’avance semblent préfigurer certains disques de David Grubbs, de L’Ocelle mare (Thomas Bonvallet) ou de Bill Orcutt – il n’y a aucune intervention sonore sur les voix, aucun effet qui pourrait nuire à leur intelligibilité. La pensée en parole, en train de se dire, de chercher et de trouver ses mots est la matière première de ce disque bouleversant. Dans les fils que cette pensée déroule et dans les nœuds qui, parfois, contrecarrent ce déroulement. » (Philippe Delvosalle, juin 2010, http://www.lamediatheque.be/ )

info: website - discogs - wiki page
order: Ohm Avatar - Vacuohm - Metamkine - Luc Ferrari website








2007 — Metamedia(Edit)

../files/img/cd_metamedia.jpg featuring presentations of projects by Jérôme Joy
dvd - NTSC
Ohm Avatar - ohm 043

comments : « Proceedings of the symposium held in Quebec City on February 23rd, 2007, with Georges Azzaria, Susanne Jaschko, Jérôme Joy, Suzanne Leblanc, John Oswald, Philippe Pasquier, Alain-Martin Richard, Jocelyn Robert. The aim of this symposium waq to explore how art is transformed by software art or artworks that generate other artworks. Mois Multi' 08 (MM'08) » (Avatar)

info: website - wiki page
order: Ohm Avatar - Vacuohm]








2005 — i.P. (pizMO)(Edit)

../files/img/cd_ip.jpg pizMO (Yannick Dauby, Jérôme Joy, Julien Ottavi)
audio cd - [76:33]
Label Tiramizu - tira 004
Recorded live in 2003 -

comments : « French electronic music with a group connected into a network. Very interesting and organic work which sounds like amplification of natural events. (No Man's Land)
The objective of pizMO is to develop musical moments that are quasi-improvized and programmed starting from digital audio and electronic systems. PizMO, acronym of Intermittent Project of Objective Musical Zone, is connected to Formanex, Kalerne.net, collectivejukebox.org, radiolabo, picNIC, PacJap, Apo33, Nomusic.org, Tiramizu.net, etc. » (Tiramizu)

commentaires : « pizMO (Yannick Dauby, Jérôme Joy, Julien Ottavi) a développé entre 2001 et 2003 des moments musicaux improvisés avec l'ordinateur comme instrument. Le concert est pour eux une sorte de "campement" temporaire (free laptop party ou open audio streaming), une interface momentanée de leurs activités en continu sur les réseaux et sur les médias qu'ils explorent. » (Tiramizu)

info: website - discogs - wiki page
order: Tiramizu - Metamkine - No Man's Land - Japan Improv - Japan Improv order








2005 — picNIC v.1.0(Edit)

../files/img/cd_picnic3.jpg
../files/img/cd_picnic2.jpg
Formanex & Fabrice Gallis & Jérôme Joy
audio cd - Booklet in english - [74:26]
Label Fibbr Records - FIBRR008
Recorded live in 2002 -

comments : « picNIC (2002/...) is an instrument for a quartet (commissioned by the improvisation electronic quartet Formanex in Nantes), acting on the sound selections and diffusion through a programmed system with a lot of features such as behaviors and inputs analysis and following, an internal memory, the surimposition of different layers and speeds, the controls of the sound spatialization, in order to obtain a composition of listening. PicNIC is a networked blackbox like a fifth member of the band, with some “cybernetics” behaviors. PicNIC must be considered as an attempt of cybernetic programming in music : a program plays and composes with inputs feed by musicians, based on continuous analysis of the sound inputs according to programmed behaviors. One of its aim is to consider again the statuses of the composer and of the musicians into the chain of music production. Jérôme Joy sets the player - and even more the musician - in a role normally animated by the composer : he does not compose scores so much as he's permitting music players or musicians to construct their own roles. The picNIC software participates in the band like any of its members, but it could not work indepedantly from them. But this new member is very different : it can modify and reorganise the outputs of the other members. To achieve this result, the composer inserts a processing and rerouting system between the 4 musicians and their sound outputs. Especially built for this project, the system is made up of computers with various interfaces and sound controlling tools and processes. » (Fibrr Records)

commentaires : « picNIC est né d'une collaboration entre Formanex (quatuor électronique basé à Nantes) et Jérôme Joy, en intégrant Fabrice Gallis en tant que développeur. picNIC est une interface de création et de diffusion. Mise en place entre le public (les auditeurs) et les musiciens (Formanex), cette boîte est programmée pour lancer des processus qui viennent ponctionner et organiser la diffusion électroacoustique à partir des matériaux réalisés en live par les musiciens. Ce qu'on entend est ce qui sort de la machine picNIC et non ce qui est joué réellement par les musiciens. picNIC fait appel à la cybernétique, puisqu'il s'agit d'une boîte réactive qui répond directement aux inputs par des analyses plus ou moins complexes. L'implication de la "mémoire" de la machine est aussi très importante car celle-ci garde en mémoire tout ce qui l'a traversée depuis sa création afin d'être finalement un cinquième membre "virtuel" du quatuor électronique Formanex et afin de jouer en direct avec eux. Cette boîte "sample", "se modélise", transforme, déplace, devient imprévisible, a ses humeurs, etc. Finalement, le compositeur n'est plus en amont de la création musicale et picNIC lui permet d'intervenir sur un espace de création peu investi jusqu'à présent: entre les musiciens et les auditeurs. » (Jérôme Joy)
« picNIC est une œuvre musicale destinée à être jouée par des musiciens improvisateurs de musique électronique. Créée avec le Quatuor Formanex à Nantes et produite en collaboration avec l'artiste Fabrice Gallis, picNIC est une œuvre musicale à la fois improvisée et composée. La composition consiste en un programme proposé comme une sorte de partenaire interprète aux côtés des membres du quatuor d’improvisation électronique Formanex. Mise en place entre le public (les auditeurs) et les musiciens (Formanex), cette boîte est programmée pour lancer des processus qui viennent ponctionner et organiser la diffusion électroacoustique à partir des matériaux réalisés en live par les musiciens. Ce qu'on entend est ce qui sort de la machine picNIC et non ce qui est joué réellement par les musiciens. PicNIC est constitué d’inputs (la sortie audio de chaque musicien) et d’outputs (vers l’auditoire avec un système de spatialisation sonore), c’est-à-dire qu’il s’agit d’inverser la configuration habituelle : la composition (la boîte picNIC) s’interpose entre les interprètes et les auditeurs au lieu de respecter la séquence compositeur / interprètes / public. PicNIC compose en direct à partir d’un ensemble de plusieurs couches de programmes (patches) qui interagissent entre eux, qui réagissent aux inputs, et qui sont configurés pour interpréter des comportements (sur le modèle humain) et des modes de jeux inter-dépendants de ceux des musiciens : les interprètes sont devenus muets (pour le public, car leur sons électroniques et électroacoustiques sont directement ponctionnés par la boîte programmée) et jouent en fonction de ce que la boîte picNIC performe. Seul picNIC produit le son de l’œuvre à partir de recombinaisons des analyses des sons entrants joués par les interprètes, d’échantillonnage en temps réel, de simulations modélisées sur ces mêmes inputs, etc. En parallèle, il pilote les mouvements de spatialisation et les localisations du son dans l’espace. De plus, le programme gère la durée de l’œuvre — il est donc impossible autant pour les interprètes, que pour le compositeur, les auditeurs et les organisateurs, de prévoir le début et la fin de l’œuvre —. En complément, le programme comporte une mémoire interne enregistrant l’ensemble des opérations exécutées afin de pouvoir comparer différentes exécutions (concerts) et de créer ainsi par lui-même « à la volée » ses propres processus (patches) pour interpréter et répondre à des opérations ou séquences qu’il peut distinguer et repérer par comparaison et analyse (comme, par exemple, des redondances, etc.). » (Jérôme Joy)

info: website - wiki page
order: Metamkine - Fibrr Records








2004 — PacJap, D-System v.1.0(Edit)

../files/img/cd_pacjap.jpgPacJap (Itoken, Jérôme Joy, Takashi Kojima, Peter Sinclair, Colette Tron, Renaud Vercey, Suguru Yamaguchi, Tadahiko Yokogawa — Kyoko, Yuko Nexus6)
audio cd - [41:00]
Label Tiramizu - tiracdr-008
Recorded live in 2003 -
contents : - 1. marseillaise [9:07] — 2. sushi video [5:39] — 3. text [3:22] — 4. voice [6:28] — 5. survive [5:24] — 6. playing [4:05] — 7. djkoji [5:28] — 8. congratulations with satie [0:43] -

comments : « PacJap was an improbable music band. PacJap gathers 8 French and Japanese artists with a machine, the D-system. — D-SYSTEM - Functions of the machine : to disable the common activities as playing an instrument or speaking or also making a sound activities. Maybe we can use it to transform a keyboarded text to a kind of musical sounds. The real project is to take a reality or an activity and to give another reality, so the user must learn or use his environment in a different manner than normal. » (Tiramizu)

commentaires : « Pour travailler simultanément à quelques dizaines de milliers de kilomètres de distance, le groupe PacJap (quatre japonais, 3 français) s'est d'abord penché sur la conception de son propre outil de travail. Il s'agit du logiciel D System (Discommunication System), un programme informatique hybride qui permet de mixer à distance et d'intervenir sur la nature même des fichiers. Parce que le D System transforme, par exemple un fichier son en fichier image, l'outil, unique en son genre, préfigure une nouvelle étape dans l'avancée artistique de l'art numérique. Le D-System est un dispositif modulaire en réseau : Durant chaque séquence, sept joueurs sont prêts à jouer ensemble. L'action va dépendre des initiatives du joueur précédent et de celui qui suit. C'est une sorte de stratégie pacifique et interactive. Chacun dispose des mêmes engagements et responsabilités (jouer avec, inter-agir, transformer...). D-System est un jeu qui se joue à plusieurs, conçu pour "play music" + "jam video" et pour des projets ouverts audio et vidéo. PacJAP est un dispositif de création et de diffusion axé sur la production collective mais qui en plus devient adaptative et compatible dans différents champs et domaines (musical en tant que show ou performance, audio et video en tant que streamable dans n'importe quel canal existant, artistique en étant un chantier où tout artiste pourrait expérimenter, etc... et qui peut s'immerger dans plusieurs contextes sans être spécialiste : on pourrait jouer ou laisser jouer le d-system à la radio, à la télévision, sur les téléphones portables, etc...). L'interface programmée d-system (Max/MSP) permet à chaque inter-acteur d'être piloté par les autres et de piloter les autres (une sorte d'hybridation fonctionnelle, chacun deviendrait un avatar) en lançant des processus qui viennent organiser la construction des éléments audio et video. Il est possible de déterminer les éléments audio qui seront joués mais chaque joueur les laisse être joués par les autres à partir de sa propre machine, via un serveur commun. Le langage commun est le MIDI et l'IP (internet protocol). Ce qu'on entend résulte des interactions midi entre les players via la machine d-system et non une session/jam . Actuellement, une image pour présenter le projet serait une plate-forme expérimentale regroupant plusieurs artistes (audio et vidéo), dont les joueurs (players) sont reliés entre eux et à l'instar de marionnettes chacun peut tirer les fils des autres afin de modifier, couper/coller, traiter, empêcher, etc. les résultats sonores et audio des autres. Par contre, il ne s'agit pas une boîte "analogique", il n'y a pas autant d'inputs que d'outputs, ces nombres sont très variables selon les joueurs et leur volonté délibérée de jouer ou non. pacJAP : Fred Berthet (troublemakers, biomix), Youssef El Mejjad (amira saqati, aïsha kandisha), Kenji Ito (itoken, harpy), Jérôme Joy (pizmo), Kyoko (harpy), Yuko Nexus6 Kitamura, Takashi Kojima (phantasmagoria, osaka gas, gendai), Makoto Nomura, Peter Sinclair (heartbreaker hotel, daisy chain), Colette Tron (alphabetville), Reno Vercey, Suguru Yamaguchi (avant-pop, sensorium), Tadahiko Yokogawa (after dinner). » (Jérôme Joy)

info: website - website - wiki page
order: Tiramizu - Metamkine - No Man's Land - Japan Improv - Japan Improv order








2004 — Neue Zeitschrift Für Musik: Netzmusik / Net Music(Edit)

../files/img/cd_wergo.jpgA cd-rom included in a revue issue, featuring Jérôme Joy
cdrom - lang: US & DE - [win + mac]
Wergo / Schott Music Publishing - DEGEM / DAAD -
Co-ordinated by Golo Föllmer

comments : Net Music is a survey of music projects created for electronic networks that examines seventy diverse, extraordinary and prototypical examples, using a blend of original software, audio, video and text materials. (Schott Musik)

info: wiki page
order: Schott Musik








2003 — MoNo(Edit)

../files/img/cd_mono.jpgJérôme Joy
audio cd - [62:55]
Label Tiramizu - tiracdr-002

comments : Music composed from recorded feedback electronic sounds. — MONO is mono-playable on multiple outputs: the same source reproduced by transducers (loudspeakers) in creating in-betweens (beats, frictions, frequencies masks). MONO is made by improvisations from and with looped audio circuits. MONO is defining and evaluating circulations and zones of listening. (Tiramizu)

info: wiki page
order: Tiramizu - Metamkine








2003 — PacJap, , D-System v.6.0(Edit)

../files/img/cd_pacjapmimi.jpg PacJap (Itoken, Jérôme Joy, Takashi Kojima, Peter Sinclair, Colette Tron, Renaud Vercey, Suguru Yamaguchi, Kyoko, — Tadahiko Yokogawa, Yuko Nexus6)
audio cdr - [5:27]
Label AMI - CDr, Promo, Compilation
with Benoit Delbecq, PacJap, Peter & Caspar Brötzmann, Luc Ex & Phil Minton, David Watson, Lee Ranaldo, Tony Buck, Pierre Yves Macé, Z'Ev solo, DJ Vadim & The Russian Percussions
Recorded live in 2003 -
contents : - 2. i will survive [5:27] -

comments : See above.

info: discogs - wiki page
order:








2003 — 33RPM (Ten hours of sound from France)(Edit)

../files/img/cd_pizmosfmoma.jpgfeaturing nim by pizMO (Yannick Dauby, Jérôme Joy, Julien Ottavi)
audio cd
Label SFMOMA / 23Five

comments : The fourth in an annual series of sound exhibitions at SFMOMA, 33 RPM: Ten Hours of Sound from France presents a cross section of French sound art and experimental music from the 1950s to today. Compilation w/ Kasper T. Toeplitz, Kristoff K.Roll, Jean-Claude Risset, Lionel Marchetti, Christophe Havel, Laurent Dailleau, Mathieu Chamagne, Jean-Philippe Gross, Mimetic, pizMO. 33RPM in San Francisco was curated and moderated by Laurent Dailleau - nim was realized on-line by files exchanges between the members of pizMO.

info: wiki page
order: Metamkine - Forced Exposure (USA) - Miramoglu (USA)- Midheaven/Revolver (USA) - Aquarius Records (USA) - Ear-Rational (USA) - Sugar and Spice (FR)








2003 — pefalm (pizMO)(Edit)

../files/img/cd_pefalm.jpgpizMO (Yannick Dauby, Jérôme Joy, Julien Ottavi)
audio cd - [67:12]
Label Tiramizu - tiracd 001
Recorded live in 2001 -

comments : The project of the pizMO collective is to develop factual & event musical moments that are quasi-improvized and programmed starting from digital audio, electronic and data-processing systems. The concert setting and performances are for them a kind of temporary "camp" (free laptop party or open audio streaming) - acapamentos -, and a temporary interface involving their non-stop and evolving activities on networks and activistic practices which they explore (radio, self-edition, p2p, streamings, etc). PizMO, acronym of Intermittent Project of Objective Musical Zone, is gathering a grid made up of other projects like Formanex, Kalerne.net, collectivejukebox.org, radiolabo, picNIC, PacJap, Apo33, Nomusic.org, Tiramizu, etc. (Tiramizu)

info: website - discogs - wiki page
order: Tiramizu - Metamkine - No Man's Land - Japan Improv - Japan Improv order








2000 — .Net Arts/Réseaux(Edit)

../files/img/cd_netart.jpgfeaturing temporary archives from collective projects by Jérôme Joy (Forum Hub, Collective JukeBox, etc.)
cdrom - [lang: FR] [win + mac]
Éditions AEC - Art et Nouvelles Technologies

comments : Inventaire international de sites d'artistes et d'oeuvres conçues pour le réseau internet. - Coordonné par Jean-Philippe Halgand -








1999 — revue erratum #2(Edit)

../files/img/cd_erratum.jpgfeaturing Duo Vocal (pour une voix échantillonnée / for a sampled voice) by Jérôme Joy
audio cd - booklet in french and in english -
Label Erratum

comments : Compilation w/ Jérôme Noetinger, Michel Collet, Eleonore Bak, Jacques Donguy, Bernard Heidsieck, Paul Panhuysen, Philip Corner, Eric Cordier, Manon Anne Gillis.

info: wiki page
order: Erratum - Metamkine








1999 — overwritten solos(Edit)

../files/img/cd_overwritten.jpgJérôme Joy
enhanced audio cd - (audio, video, text) - [lang: FR, US] [win + mac + linux]
[28:41] - (version 1999)
Éditions EAC

comments : Saxophones player: François Léclaircie - booklet in french and in english (translated by Rhys Chatham) - The cdrom part is containing a video recording of the performance and excerpts of the score - Overwritten Solos for pre-recorded and live multi-instrument saxophone player, with a video system.

info: wiki page
order: Tiramizu - Metamkine - EAC








1998 — Octandre(Edit)

../files/img/cd_octandre.jpgOctandre: 5 minutes pour 50 ans (Hommage à Pierre Schaeffer)
featuring Montages by Jérôme Joy
audio cd - booklet in french and in english
Label Octandre

comments : Compilation w/ Pascale Jakubowski, Christian Eloy, Frédéric Legauffre, Bernard Baritaud, Serge Morand, Pierre Couprie, Jean-Michel Rivet, Christophe Havel, Patrick Mellé, Jacques Daney, Catherine Gilloire/Patrick Guyho, Thierry Alla.

info: website
order: Metamkine








1998 — Sound Box 1.0(Edit)

../files/img/cd_soundbox.jpgfeaturing Mégaphonies by Jérôme Joy
audio cd & cdrom
Edited by Petri Kuljuntausta
Label Kiasma Museum

comments : Sound Box 1.0 is an international collection of sound art and electronic works, which contained multimedia presentation of the sonic works and was presented over the internet during Spring and Summer of 1998. The project was curated by composer, sound artist Petri Kuljuntausta, and the multimedia presentation of the sonic works was designed by Aki Kivelä (Wizbang). Sound Box 1.0 was the the first public art project of Kiasma, Museum Of Contemporary Art, Helsinki, as the project was open over the internet few weeks before the actual opening of the new museum building. Compilation w/ Jon Appleton, Steven Baun, Michele Biasutti, Warren Burt, Lieven Bertels, Charles Bestor, Massimo Biasioni, Eric Chasalow, Chin-Chin Chen, Crawling with Tarts, John Levack Drever, Diego Garro, Francesco Giomi, Hanna Hartman, Sung Ho Hwang, Jérôme Joy, Elsa Justel, Keiichi Kitahara, Claire Laronde, Jim Metzner, Robert Normandeau, Ed Osborn, Nye Parry, Gianantonio Patella, David Prior, Pedro Rebelo, David Rothenberg & Douglas Quin, Jøran Rudi, Philip Samartzis, Riccardo Santoboni, Claude Schryer, Jarmo Sermilä, Pete Stollery, System Error, Jörgen Teller, Michael Turnbull, Mario Verandi, Neil Wiernik, John Wynne. (Discogs)

info: website
order: Discogs








1998 — Mégaphonies(Edit)

../files/img/cd_mega.jpgJérôme Joy
audio cd - [16:00]
Label ...

comments : Collage. Sampling sémantique. Postillons de langue et machineries chuintantes de l’appareil d’élocution. Muscles. Nerfs. Lubrifiant. Tics. Le tout, entendu au fond de la cavité buccale, pas loin du tube digestif. Copeaux de langage en transit entre les bruits extérieurs, déformés par l’acoustique de la grotte, et le vacarme des fonctions corporelles internes. Passent les ombres d’un alphabet sonore fantastique. (P. Hemptinne)
comments : A work on voices with accidental and unused sound produced by lips, mouth, throat, etc. (J. Joy)

info: wiki page
order: Metamkine - Tiramizu








1995 — Pièce stéréophonique pour clarinettes enregistrées (#29)(Edit)

../files/img/cd_villa.jpgJérôme Joy - Stereophonic piece for pre-recorded clarinettes (#29)
audio cd - [15:39] - booklet in French
Label Villa Arson cd 9501

comments : Clarinettes player: François Dutreuil - (J. Joy)

info: wiki page
order: Metamkine - Tiramizu - Villa Arson - New Media Art








1995 — Murs du Son(Edit)

../files/img/cd_villa_murs.jpgfeaturing Pièce Stéréophonique pour clarinettes enregistrées (#29) by Jérôme Joy
4 audio cd - booklet in French
Label Villa Arson cd 9502-9503-9504-9505
Mastered and mixed by Jérôme Joy.

comments : Compilation w/ John M Armleder, Michel Aubry, Robert Barry, Lars Fredrikson, Liam Gillick, Jérôme Joy, Richard Kongrosian, Éric Maillet, Maurizio Nannucci, Kristin Oppenheim, Erik Samakh, Nathalie Talec, Pascal Broccolichi, Ludovic Lignon, José-Antonio Orts, Isabelle Sordage. Published after the exhibition Murs du son (Walls of sound), July, 8 - October, 1, 1995 at La Villa Arson (Nice, France) and curated by Jean-Philippe Vienne and Christian Bernard. (Villa Arson)

info: wiki page
order: Metamkine - Villa Arson - New Media Art - Discogs








1994 — Christian Maestri: flûtes(Edit)

../files/img/cd_maestri.jpgfeaturing Chemins pour flûte basse by Jérôme Joy
audio cd - booklet in French
Self-edition

Mastered and mixed by Jérôme Joy
comments : Bass flute player: Christian Maestri - Compilation w/ J.S. Bach, J. Andersen, Arthur Honegger, P.O. Ferroud, A. Piazzola, Michael Levinas.

info: wiki page
order:














   
   
   
    [Edit] [Hist] [UP] [List] [New]   [Log out]


1995/2019 — Powered by LionWiki 3.1.1 — Thanks to Adam Zivner — webmaster & webdesign : Jérôme Joy — Author : Jérôme Joy — Any material is under copyleft © with in-line & in-text attributions —
http://jeromejoy.org/ — Hosted by nujus.net NYC since 2007, and by The Thing NYC (between 1995-2007 — Thanks to Wolfgang Staehle and the Thing team).